Ecrire un texte érotique et se faire publier

Un petit avis en milieu de semaine, c’est cool ! Bah non, ça ne l’est pas. Il n’est pas fréquent que je poste dans cette section, car non seulement je lis peu, mais, qui plus est, je trouve que la critique est un art à prendre avec des pincettes. Je préfère donner mon avis que d’émettre une critique, car celle-ci sera de toute manière uniquement basée sur mon ressenti, mes goûts et mes valeurs. J’ai d’ailleurs modifié le nom de la rubrique de Chroniques et partages en Avis et partages. Voilà, je ne ferai pas de chronique donc, mais hélas, un coup de gueule.

Se documenter : Différence entre indien et hindou

La République de l’Inde est l’un des plus vastes pays du continent asiatique et également le plus peuplé au monde juste après la Chine (pour le moment). En rapport à sa taille, il est même parfois nommé sous-continent asiatique, c’est tout dire ! Mais comment doit-on nommer ses habitants ? Indiens ou hindous ? L’erreur est fréquente et compréhensible. L’on nomme communément les habitants de l’Inde, des Indiens. Tout simplement. Cela dit, ce terme est également employé pour désigner les peuples natifs du continent américain, on les appellera donc (afin de ne pas confondre) Indiens d’Amérique (tout bêtement, jusque là pas trop de soucis pour suivre). Lire la suite

Une belle typographie pour son roman

Je dois dire que je suis fascinée par les belles typos sur les couvertures. Certains graphistes sont vraiment doués et parviennent à créer une ambiance, résumer tout un monde rien qu’avec le titre. Le choix de la police de caractère, la façon d’agencer les mots, l’ajout d’une frise, d’un dessin ou une légère modification des caractères. Franchement, c’est du grand art.   Et pour mon roman ? Si vous hésitez, faites simple et lisible. Pas de couleurs criardes ou incompatibles. Certains genres autorisent des couleurs gaies, flashy, girly afin de bien représenter le contenu du livre. C’est justement là toute la subtilité, représenter Lire la suite

Les p’tits conseils d’écriture : l’emploi de l’italique

L’italique, c’est lorsque votre texte penche vers la droite. N’allez pas y trouver de consonance politique cachée là-dedans, tout cela n’est qu’affaire de typographie. Par opposition, un texte non italique se dit « romain ». C’est bien mignon tout ça, mais quand doit-on employer l’italique pour bien faire les choses ? Dans le cadre d’un roman, l’italique marque les pensées. Utilisé dans un texte écrit à la première personne par exemple, il démarque bien le côté narratif et le monologue interne du personnage. Mais pas seulement… Ohlala, non. D’où vient l’italique ? Des imprimeurs. Oui, mais encore ? Inventée en 1499 par Francesco Griffo Lire la suite

Faire sa promotion sur Facebook

La question à un million ! Celle qui pourrait, je dis bien pourrait vous sauver la vie (et vous la faire gagner), vous payer plus qu’un MacDo lorsque vous recevrez vos droits d’auteur, vous permettre d’afficher fièrement les retours de votre succès. Bref, qui pourrait vous aider à vous faire connaître, à être lu(e), à vendre ! Lorsque je demande à des professionnels (j’ai failli vous faire le coup des guillemets parce j’avoue que parfois, je m’interroge), voici le discours qu’ils me tiennent (imaginez Dany Boon et ses fabuleux accents des Hauts-de-France et du Ch’nord alternés) :   — Mais comment-est-ce-que-je me dois de faire Lire la suite

Ce n’est pas la taille qui compte

C’est une question régulièrement posée sur les réseaux sociaux : quelle taille doit faire mon roman ? Cela me rappelle une citation reprise de l’un des sketchs de Coluche : « La bonne taille, c’est quand les deux pieds touchent bien par terre ». Ici, c’est la même chose. La bonne taille pour un roman, c’est quand votre histoire vous satisfait, que tous les éléments de l’intrigue y sont (sans superflu) et que vous êtes arrivé là où vous vouliez en venir. Inutile de surcharger pour atteindre la taille d‘une brique (en plus, cela n’attire pas forcément plus de lecteurs). Songez toujours que si un passage vous Lire la suite

Les bad-boys

Ah les bad-boys ! Je pourrais illustrer cet article d’une myriade de photos de jeunes hommes plus ou moins tatoués, musclés, dénudés. Au regard de baise, à l’air fâché de celui à qui l’on aurait volé sa tartine à midi. Ce bad-boy qui au fond à un grand cœur, est torturé par un passé sombre et que l’héroïne, par amuuur, fera changer pour une sorte de beau prince charmant. Mais toujours un peu ténébreux le prince. Non non, je ne me moque pas, je résume. Les bad-boys existent depuis… pfiou ! L’antiquité ? Bah oui, Gwydion de La muse de Callidromos est un bad-boy gladiateur déjà. Bon Lire la suite

Faire un trailer, ressources

Je ne vais pas vous apprendre ici à faire à trailer, mais lister des ressources libres de droits *cotillons* Car, tout le monde sait que Youtube est trèèès tatillon pour ce qui est du respect des droits d’auteur et vire vos créations dès qu’il détecte quoi que ce soit de louche (et même si tout vous appartient, il y arrive). Pour ce qui est de la conception, il vous faudra quelques outils de base tels que : Un logiciel de montage vidéo. Une bande-son (voire même des bruitages). Des extraits vidéos. Et puis vous, votre imagination et votre talent :p   Lire la suite

Les joies de la déprime chez l’écrivain

Nous avons tous nos hauts et nos bas. De ces moments de solitude où tout semble vain. Cela arrive à tout le monde. Mais dans cet univers de rêveurs, c’est juste fou. Selon une étude que tous reprennent pour exemple (health.com), ce serait l’instabilité financière (l’instabilité tout court je dirais, on ne sait jamais de quoi demain sera fait, plus encore lorsque l’on s’adonne à une profession créative), et l’isolement qui y contribuerait. J’y ajouterais les faux espoirs, le stress de l’édition, la peur de rejet, l’attitude égocentrique et capitaliste de ce milieu (ah mince, je l’ai glissé celle-là), etc. Lire la suite

Créer une infographie de votre livre

En quelques mots, comment créer une représentation réaliste de votre livre à des fins promotionnelles (ou pour le fun, c’est bien aussi), et ce avec Photoshop, votre couverture et ceci : un mockup. Ce qui donnera quelque chose du genre : En premier lieu, outre la couverture que, j’espère vous avez déjà sous la main, il vous faut un mockup. Il en existe beaucoup sur internet et gratuit (ou parfois gratuit jusqu’au moment où l’on vous parle d’argent, mais passons, c’est internet, c’est capitaliste, c’est comme ça). Au pire on vous demandera votre adresse e-mail en retour. Pour cet exercice, un lien Lire la suite