Les outils (logiciels) d’un auteur

Comme pour toute chose, que ce soit du bricolage ou faire la cuisine, pour réaliser de bonnes choses, il faut d’abord de bons outils. Un minimum en tout cas.

Un auteur aura pour tout premier outil, sa tête (imagination, expérience d’écriture). Mais il devra s’aider d’autre chose s’il veut finaliser son roman. Surtout s’il souhaite faire les choses au mieux, voire le faire éditer. Je préfère amplement proposer des choses gratuite ou pour le moins abordable en avant dans ce genre de guide, car il y a déjà suffisamment de frais à assumer. Mais lorsqu’il s‘agit de logiciels, c’est un peu plus compliqué, mais on va y arriver.

Quels sont les logiciels utiles pour un auteur ?

Les logiciels d’écriture

Outre un bloc de feuille ou un cahier, il faudra bien que votre texte finisse tôt ou tard en numérique.

Le plus employé : Word de la suite Microsoft Office.

Payant et faisant partie de la suite Microsoft Office qui allonge de ce fait le prix. On peut se consoler et se disant que Excell proposé dans le pack servira pour ses notes, les tableau de scènes, etc. À ce propos, voyez le petit tuto sur Comment créer un tableau de scènes avec Google Sheet pour vous donner une idée, c’est tout de même un petit investissement. Il reste le leader malgré tout.

La version que j’utilise, Microsoft office Professional Pro 2019, disponible sur Amazon.

L’alternative : Word gratuit. Si si et sans pénétrer dans le Dark Web ou l’illégalité. Il existe une version de Word en ligne via OneDrive. OneDrive est un Cloud, un espace permettant de sauvegarder vos fichiers sur le web. Mais pas que. Il permet en plus de créer des documents Word, Excel et PowerPoint en ligne. Les fonctionnalités sont réduites (mise en page, révision, table des matières y sont, rassurez-vous) et c’est du Word gratuit et sans manipulation cheloue !

Pour cela, il vous faut un compte Onedrive, vous connecter et vous rendre dans le menu Nouveau > Document Word.

Bémol, puisque c’est en ligne, il vous faut une connexion internet.

Alter ego en gratuit : Apache OpenOffice.

Très cousin du premier, mais en version gratuit. Par contre, si vous souhaitez travailler avec des fichiers Word sur ce logiciel, la compatibilité entre doc/docx (format natif de Word) et fichier odt (format natif de OpenOfffice) peut causer problème. On me souffle dans l’oreillette qu’il faudra toujours travailler en odt, utiliser les styles du logiciel et non ceux de Word et puis seulement procéder à l’exportation en doc/docx.

Une autre alternative en ligne et gratuite : Google Docs sur Google Drive.

Il suffit d’avoir un compte Google/Gmail (toute cette famille-là quoi). Moins de fonctionnalités, celles nécessaires pour rédiger un roman étant présentes ainsi qu’un mode édition pour les corrections. Il permet même les corrections participatives, ce qui est très intéressant pour le partage avec vos bêtas ou vos correcteurs éventuellement. De plus, il permet d’exporter au format doc/docx (celui de Word). Même bémol que plus haut, il est préférable d’avoir une connexion internet bien qu’il existe un mode hors ligne à configurer.

Les correcteurs de texte

L’un des points essentiels d’un roman est le respect de la langue choisie (bonne orthographe, grammaire, conjugaison). L’auteur peut avoir une parfaite connaissance de tout cela (et je l’envie à mort) ou compter sur un logiciel qui l’aidera à se corriger et à se perfectionner. Il peut également faire appel à un correcteur de métier.

Mais si vous souhaitez passer vous-même au peigne fin avant toute autre action, il existe des outils plutôt pas mal. Attention, on ne le répétera jamais assez, rien ne remplace l’œil humain, le logiciel lui ne captera jamais la tournure de phrase, l’effet de style. Il vous aide, mais il faut parfois lui donner tort.

Mon numéro un : Antidote.

Un investissement conséquent, je l’admets, mais il dispose de dictionnaires, dresse des statistiques, vous aide à traquer les répétitions (joie !), les adverbes et tout verbe faible (et bien plus encore), corrige la typographie (un vrai bonheur de le voir traquer les espaces insécables manquants).

Sa version 10 est actuellement disponible au prix de 99,00€ sur Amazon.

Correcteur gratuit en ligne : Bon patron.

Bon patron est une bonne alternative, rapide et efficace. Cependant, comme tous les correcteurs en ligne, il faut effectuer des copier/coller. Sinon il existe en version extension pour votre navigateur.

En ligne, nous avons également pléthore d’autres à tester.

LanguageTool. https://languagetool.org/fr/

Reverso http://www.reverso.net/orthographe/correcteur-francais/

Scribens https://www.scribens.fr/

Ou encore Cordial qui existe en ligne (gratuit) ou en version logicielle (payant).

La couverture

Vous avez votre texte rédigé et corrigé. Il ne vous manque rien ? Non ? Et la couverture ?

Il est vrai que si vous utilisez un service de publication en ligne, ils auront très certainement leur propre laboratoire. Mais si celui-ci ne vous satisfait pas, rien ne vaut de mettre la main à la pâte. Bigre ! Pour cela il faudra consacrer quelques heures à l’apprentissage. Et investir ! Pas forcément des heures. Pas forcément cher non plus.

Mon favoris reste Adobe Photoshop. Favoris, car j’ai appris à m’en servir lors d’une formation en Web Development. Un logiciel de chez Adobe et pas très bon marché à l’origine. Sauf que… on peut le « louer ». Dit comme ça, c‘est assez amusant. En fait, vous pouvez payer un abonnement mensuel de 12,03€. Si vous en avez une utilité très régulière (comme moi qui l’utilise au moins une fois par jour que ce soit pour recadrer une image pour mon blog et mes réseaux sociaux ou concevoir une couverture), c’est assez intéressant. À cogiter.

Le site officiel vous propose une prise en main en français pour les intéressés.

Ensuite, son cousin du domaine gratuit : Gimp. J’ai un blocage avec Gimp. Avec son interface à vrai dire donc, je l’ai tenté des tas de fois et désinstallé aussitôt. Mais il demeure accessible et puissant. Il propose également une prise en main en français.

Ensuite, un mix des deux :  Gimpshop. Il a l’interface de Photoshop (enfin quelques fonctionnalités en moins), et la gratuité de Gimp. Bémol, il est en anglais uniquement.

Troisième solution, la plus simple et gratuite : Canva. Il s‘agit d’un service en ligne disposant de modèles à modifier dont les couvertures de roman, les bannières de réseaux sociaux. l’un des plus employés, je pense.

Les convertisseurs

La plupart des plate-formes de publication convertissent elle-même votre texte depuis son format Word ou PDF mais il peut arriver que vous souhaitez convertir vous-même votre roman. Pour le personnaliser, l’offrir lors d’un concours ou bien même pour vos Services presse.

Le chouchou : Calibre.

Logiciel gratuit et simple d’utilisation. je vous avais concocté un guide rapide pour la création d’un ePub via ce logiciel ici. Calibre transforme vos textes en ePub, Mobi et bien d‘autres.

Bien entendu, il existe bien d’autres logiciels dédiés à chacune de ces tâches, je préfère mentionner ceux que j’ai plus ou moins côtoyés. Si vous en connaissez d’autres et de fiables, les commentaires sont ouverts.

Articles similaires

One Reply to “Les outils (logiciels) d’un auteur”

  1. Deux remarque Gaëlle si tu permet :

    1 – Excel avec un seul L

    2 – Dans les outils de dessin, j’utilise PaintShop Pro 2019 aussi puissant que Photo Shop et qui ne vaut que 59 €

Ne soyez pas timide, laissez un commentaire :)