En projet, L’irrésistible Docteur Whitelaw

Une romance western (nouvelle)

L'irrésistible docteur Whitelaw ebook couverture

Nous sommes en 1852 à Baker City dans l’Oregon.

Elisabeth… hum pardon… Kate vient d’arriver par le train afin de rejoindre son fiancé, le docteur James Whitelaw. Ne le connaissant qu’au travers d’une correspondance enflammée, la douce ingénue, totalement éprise rêve de découvrir ces moments passionnés promis au travers de ses missives.

Premier petit souci, ces lettres ne lui étaient pas adressées, elle les a dérobées et a pris l’initiative de l’épouser, s’attribuant l’identité de la véritable fiancée qui s’est désistée.

Petit souci numéro deux, le docteur est parfait, plus que parfait, presque parfait. Et ce petit quelque chose de particulier qui fait de lui la risée de ces dames à le don de semer le trouble dans le cœur de la demoiselle. Mais que se passera-t-il lorsqu’il saura qu’il a été dupé ? A moins que des choses bien plus graves ne se trament à Baker City.

Chronique pour La muse de Callidromos (Et tu lis encore Emma)

Une chronique, une vraie, la première pour La muse de Callidromos, par Et tu lis encore Emma vient de voir le jour…

A lire ici !

Une très belle lecture entre combats à mort et amour naissant qui emmène le lecteur sur les routes de la Rome Antique.

Ma note :

8/10

Ceci est un copier/coller, l’original est consultable ici

Tout d’abord, je remercie l’auteure Gaëlle Laurier pour ce service presse et sa confiance.

Nous avons ici le premier roman auto-édité de Gaëlle et moi qui adore découvrir de nouvelles plumes j’ai sauté sur l’occasion.

Thétis et Gwydion sont esclaves. Gwydion est gladiateur et son but est de gagner sa liberté en combattant à Rome. Les deux jeunes gens vont devoir passer une nuit ensemble et leurs destins s’en trouveront à jamais liés.

Ce roman a été pour moi une très belle découverte, tant par l’histoire que par la plume de son auteure. Je ne pense d’ailleurs pas m’arrêter là et lire les autres livres de cette jeune auteure très prometteuse. J’ai vraiment aimé suivre Thétis et Gwydion dans leur périple, même si les combats de gladiateurs ne sont pas les scènes les plus tendres que l’on puisse trouver. Il faut dire que le Callidromos (surnom donné à Gwydion pour sa rapidité) est un combattant hors normes et qu’il va devoir défendre chèrement sa vie tant dans l’arène qu’en dehors. Son destin se retrouve lié à celui de la belle Thétis et si au départ il la voit comme une charge, il va rapidement comprendre qu’elle lui est indispensable.

Malgré la violence se déroulant au fil des pages, j’ai trouvé que ce livre était écrit tout en douceur. Gaëlle Laurier a une plume captivante et harmonieuse et elle réussit à rendre les émotions et sentiments des personnages très justement. On comprends d’autant mieux leurs pensées qu’il y a à chaque chapitre un changement de narrateur. Thétis et Gwydion alternent leurs points de vue et nous permettent ainsi de mieux les appréhender.

L’histoire est aussi très belle malgré les sévices et agressions subies par les personnages. L’histoire qui lie nos deux héros est émouvante, leur rapprochement au fil des pages est touchant alors qu’autour d’eux ne règnent que mort et cupidité. La dureté de la vie d’esclave est très bien rendue, la brutalité quotidienne, la peur et les coups nous sont relatés avec beaucoup de pudeur même si l’on sent le mal les entourant. Les personnages sont, quant à eux, vraiment attachants. Thétis est courageuse et forte même si elle semble être délicate et fragile. Gwydion, lui est malgré sa force et son statut de gladiateur un homme doux. Les personnages secondaires sont également attendrissants, j’ai particulièrement aimé Amasis pour sa loyauté.

Chronique pour Scandales à Easton Creek (Satine’s books)

Voici la première chronique pour Scandales à Easton Creek. Par Satine’s books.

C’est une belle histoire qui parle de différence, de peur, d’amour mais aussi de jalousie. Bref, les filles, vous allez adorer !

Ce fut un beau moment de lecture. La plume de l’auteure est très agréable. Elle est légère et sensible mais aussi intransigeante et assez dure quand il faut. C’est très bon, l’auteure maitrise son intrigue et ses personnages. Cela est très plaisant à lire. J’espère avoir la chance de lire un nouveau roman de cette auteure que j’ai pris plaisir à découvrir.

Ma note :

15/20

Je remercie beaucoup Évidence Éditions pour ce nouveau Service Presse. En effet, le genre assez original que nous proposait l’auteure ici m’a fait de l’œil. Scandales à Easton Creek relate une histoire d’amour dans le Far West du 19ème siècle. N’ayant jamais lu de livre sur cette période ; j’ai foncé.

J’ai passé un bon moment avec ce roman. Il y a beaucoup de points positifs. En effet, j’ai beaucoup aimé l’alternance des points de vue entre Eden et Thomas. J’ai aussi beaucoup aimé le fait que les chapitres sont assez courts : cela apporte beaucoup de dynamisme à l’histoire et on ne s’ennuie pas J’ai aussi beaucoup aimé l’intrigue : en effet, même si le cadre et le décor sont assez originaux, l’histoire d’amour entre deux êtres qui viennent de milieux sociaux bien différents n’est pas forcément très originale. Mais Gaëlle Laurier a réussi à rendre ce roman très intéressant.

On a deux personnages principaux : Thomas Valentine et Eden Sullivan. Thomas Valentine est un jeune homme qui a fait de la prison pour avoir accidentellement tué un homme. On comprend son histoire au fil des chapitres. Il est difficilement accepté par les habitants des villes et villages dans lesquels son père et lui ont tentés de se reconstruire. Son père étant pasteur, c’est très délicat, avec la réputation de son fils, d’être reconnu comme pasteur fidèle à Dieu. J’ai trouvé la relation père/fils assez touchante : son père ferai tout pour Thomas. La prison a rendu le jeune homme assez froid et distant avec les autres mais aussi avec lui-même. Par moment, il donne l’impression d’avoir peur de ses propres réactions.

De l’autre côté, nous avons Eden Sullivan qui fait partie d’une famille d’hommes. Sa mère étant morte, elle peut compter sur son père et sur ses frères pour la défendre. Institutrice d’Easton Creek, c’est une femme intelligente et très belle. Elle est courtisée par des hommes mais reste dans son coin. Elle a déjà vécu une histoire d’amour qui s’est très mal terminée. Mais la présence de Thomas va tout changer pour elle.

À travers différents scandales que l’on va essayer de coller à Thomas, on suit l’évolution de cette relation qui est très émouvante. En effet, j’ai beaucoup aimé l’évolution de ces deux personnages. En effet, la jeune Eden stricte et froide devient une jeune femme désireuse et désirable. Thomas apprend lui à laisser parler son cœur, à s’ouvrir aux autres et à laisser entrevoir la personne qu’il est réellement. Donc même si la romance prime sur cette histoire, il y a quand même une autre histoire : qui met la ville sans dessus dessous, qui sont ces gens que l’on dit « bien vus » et qui font tout et n’importe quoi pour remettre Thomas en prison ?

Aide mémoire : La naissance de Easton Creek

Pourquoi ce titre ?

Scandales à Easton Creek.

Parce que Le bon, la brute et le truand était déjà pris ^^

Naaan, ce titre n’aurait rien eu avoir, je plaisante. Parce qu’il s’agit de scandales plus ou moins importants des habitants de la bonne petite ville de… tadaaa… Easton Creek. Ville fictive de l’Idaho. L’histoire se déroule en 1860 pour info, en plein western en fait.

L'inspiration

J’avoue, l’inspiration vient d’un jeu de rôle sur forum (encore !). Bien que j’y ai repris peu d’éléments. Pour info, Docteur Gray, Journal d’un espion et Alternances sont eux aussi inspirés de jeux de rôles. Je n’y ai repris que…

Le nom et les prénoms des Sullivan (mais les prénoms venaient de moi, j’avais complété toute la petite famille pour le jeu)

Le fait qu’ils fassent partie des fondateurs de la ville (mais tous les autres sont inventés pour le coup).

Qu’Eden fut folle amoureuse du Docteur Conroy et que lui… bah il était déjà marié (dans le rpg en tout cas) avec une femme anciennement esclave, enceinte de lui et que tout cela était secret (à l’époque malgré la guerre de Sécession qui a cessé c’est sur, c’était encore très chaud question racisme hein). Leur aventure a donné un rp assez guimauve et très fun à interpréter l’été dernier (2015).

Heu… bah mis à part l’amitié entre le barbier (très sympa d’ailleurs, c’est lui qui sauve Eden des loustics alcoolisés dans l’original) et un jeune indien, c’est tout ^^

Ah si ! Eagle (dont j’ai oublié le nom original) était bien un élève apprenant à parler, lire et écrire sa langue.

J’y incarnais Eden. Thomas n’existait pas, mais j’y pensais en tant que prédéfini. Bien que je ne sois pas très portée à en faire.

Histoire d’une histoire

Il s‘agit d’une romance sur fond de western. Une petite ville d’apparence tranquille et qui vient de perdre son pasteur accueille son remplaçant ainsi que son fils (oui, les pasteurs se marient et ont des enfants si vous ne saviez pas ^^).

Le souci étant que ce fils traîne derrière lui des accusations de crimes qu’il n’a pourtant pas commis. Il a fait de la prison pour cela, le temps d‘être reconnu non coupable. Il est effectivement innocent, mais dans une petite ville où l’on s’ennuie presque, une telle histoire fait scandale.

Ah ! Et vous croyez que c’est là le seul scandale de l’histoire ? Que nenni ! Il y a d’ailleurs un s à ce mot dans le titre. Ce n’est pas non plus la relation entre Thomas et Eden, la fille de l’un des fondateurs qu’il a secouru (un peu malgré lui). Non non. Ça, ce n’est que le début. En gros, chacun a ses petits secrets.

Un bout de casting

Thomas Valentine & Eden Sullivan

Adam & Dave Sullivan

Les frères Valentine

Le Dr Conroy & Mitchell