Aide-mémoire : la fiancée de Gravesend

Aide-mémoire : la fiancée de Gravesend

Pourquoi ce titre ?

La fiancée de Gravesend.

L’histoire se déroule en 1785. Dans la ville de Gravesend, une ville minière située au bord de la Tamise dans le Kent (Angleterre). Il m’est venu tout naturellement puisque l’héroïne se trouve être cette fameuse fiancée malgré elle.

L'inspiration

Je dois avouer que l’envie de me lancer dans une nouvelle histoire sur cette époque me vient de la série Poldark. Heathcliff étant lui aussi dans l’armée anglaise, ayant perdu la guerre d‘indépendance, revenant au pays. Une histoire de mine. Une époque que j’aime beaucoup. Et loin de Londres pour une fois ^^

Histoire d’une histoire

La fiancée de GravesendLe fond de l’histoire est assez classique. À une époque où les mariages arrangés selon la sécurité ou le soutien que cela rapporte aux familles ne sont pas rares, Kate se retrouve fiancée à un homme qu’elle n’aime pas. Pire, il possède une réputation d’homme brutal et malhonnête (non ce ne sera pas son grand amour façon bad-boy de l’ère victorienne, c’est le vrai vilain de l’histoire). Elle décidera donc de trouver un autre parti avant qu’il ne soit trop tard.

Mais nous sommes juste après la guerre d’indépendance qui non seulement fut un échec pour l’Empire britannique, mais lui déroba bon nombre de jeunes gens (surtout dans ces régions).

Par miracle, un nouvel arrivant débarque, accompagné de son ami Charleston ancien esclave affranchi grâce à ses années de soldat : Heathcliff. Le jeune homme, refusant tout d’abord l’idée de se marier, Kate entrera à son service avec la ferme intention de le séduire et finira par voir son plan se retourner contre elle-même, tombant amoureuse de lui.

Anecdotes

Il m’arrive d’écrire des chapitres se situant plus tard dans le temps que celui en cours. J’avais donc déjà rédigé la fameuse nuit de noces durant laquelle Heathcliff et Kate consommaient leur mariage. Ce qui ne se fera pas dans la version finale (pour de bonnes raisons).

Le vilain de l’histoire se nomme Mitchell, ce serait amusant de se dire qu’il s’agit du même que dans Scandales à Easton Creek (dans lequel il meurt) ou mieux encore, le vampire du même nom d’Alternances nocturnes.

Certaines choses ont changé entre le moment de rédiger le résumé (plan) et l’écriture. Parfois des détails. Par exemple, à l’origine Heathcliff était fiancé avant de partir à la guerre et trouva sa fiancée mariée à un autre au retour. Finalement, ce ne sera pas le cas. Sa vie sentimentale fut tout autre puisqu’il fut marié avec une américaine et veuf.

Agatha est un clin d’œil au personnage de Hello Dolly ! (interprété par Barbara Streisand), film que j’adore.

J’ai hésité à terminer le roman sur une scène plus « intime », mais finalement, l’histoire survivra sans sexe ^^

Les prénoms Katherine et Heathcliff ne sont pas un pur hasard. J’avais visionné le film Les hauts du Hurlevent, version 1970 peu de temps auparavant. Mais j’ai absolument détesté la Kate du film !

Je pense que la demande en mariage est réussie nan ? On ne s’y attendait pas vraiment, surtout à ce stade. Mais on sera loin du mariage souhaité.

Encore une fois, j’ai pleuré en écrivant la fin (rhalala). Vous avez déjà vu le film A la poursuite du diamant vert avec Michael Douglas et Kathleen Turner ? Au début lorsque l’auteur pleure en écrivant la scène finale de son livre ? Bah moi c’est pareil (sauf que j’ai une palette de mouchoirs à la maison) ^^

La ville de Gravesend, de nos jours…

Aide-mémoire : La femme de l’Antiquaire

Aide-mémoire : La femme de l’Antiquaire

Pourquoi ce titre ?

J’ai eu un peu de mal à me décider au début et, quoi qu’on en dise, je n’aime pas trop les titres cucul. Oui, je sais, j’ai un Passion dans l’espace qui traîne (et sans doute d’autres titres du genre). Toute chose possède des exceptions :p

Tout d’abord, ce fut L’épouse de l’Antiquaire, mais je sais pas trop cela sonnait mal à mon oreille.

L'inspiration

Pour cela il faut remonter loin. Dans les années quatre-vingt (je vous l’avais dit), une série (on appelait cela un téléfilm) racontait les aventures et mésaventures d’un personnage ayant permis l’instauration d‘une nouvelle route vers les Indes à partir de l’Angleterre. Ce personnage était Thomas Waghorn. Bon, la série est très très romancée, mais malgré mon âge, j’étais scotchée devant à chaque rediffusion (et l’avait même enregistré sur VHS histoire de me la repasser des dizaines de fois ensuite). Et il faut l’avouer Christian Kolhund qui l’incarnait était plutôt mignon non ? (en même temps, Thomas, c’est lui).

Puis le temps passe et je me souviens des années après de ce feuilleton et… le retrouve par hasard sur YouTube (allez-y voir, cela s’appelle La nouvelle malle des Indes). Mon affection pour cette aventure romancée est à l’origine de pas mal de choses, de mes goûts en matière d’aventures romanesques, etc. Sans doute imperceptible en l’état, une grande inspiration dans mes romans.

Inspiré donc par ce téléfilm, ses personnages, son ambiance, mais également par l’histoire magnifique de la construction du Taj Mahal et de son ode à l’amour éternel.

Mais pas uniquement, le film Quelque part dans le temps (que j’ai déjà mentionné quelque part) ou le héros parvient à se projeter dans le passé afin de retrouver la femme dont il est amoureux. Et qui me met dans un état de larmes à chaque fois. Ben quoi ! C’est beau non ? Y s’aiment par delà la mort !

Histoire d’une histoire

 » Adèle ne connut que deux amours dans sa vie,
tous deux incarnés par le même homme. « 

Au début, il n’était pas vraiment question que Thomas et Henry ne fassent qu’un. Mais je voulais par contre qu’ils se ressemblent, au point que l’on ait un gros doute tout de même. Un dernier chapitre a scellé ce doute comme véridique. Mais avec pas mal de points d’ombre tout de même.

Combien de temps sont-ils restés ensemble ?

Comment Thomas a-t-il fait pour remonter le temps ?

Comment a-t-il fait pour passer de Thomas à Henry ?

Comment est morte Adèle ? (oui j’ai osé)

Ce n’est pas mentionné dans l’histoire, mais voici les réponses.

Thomas et Adèle vivront 17 ans ensemble. Il est indiqué qu’elle attend un enfant dans le dernier chapitre, mais il ne verra pas le jour, ils n’en auront pas d’autres.

Tom ayant perdu sa femme, son seul amour à finalement compris que lui et Henry ne faisaient qu’un. Il a poursuivi sa carrière, amassé sa fortune, amplifié ses connaissances avec l’espoir, la certitude qu’il finirait ses jours avec elle. Ayant gardé les notes du mystérieux message sur la stèle il est sans doute finalement remonté à la source et y est parvenu. Et puis, il ne faut pas omettre que l’ère victorienne est remplie de mystères (La machine à remonter le temps datant de la fin de ce siècle).

La dernière question n’a pas vraiment de réponse. Et j’avoue que je ne veux pas savoir ^^

Anecdotes

Thomas Christian Winter vient de Thomas Waghorn (avec la même initiale que le nom de famille) et le prénom de l’acteur l’incarnant.

Adèle… hé bien, je n’allais pas servir une énième Manon ou Kate ^^

Thomas fait un mètre quatre-vingt-dix pour info (oui, il est plutôt grand).

Henry décède à l’âge de 74 ans, l’âge où mourut l’empereur  Shâh Jahân qui fit construire le Taj Mahal.

Adèle décédera à l’âge de 38 ans, l’âge de l’épouse tant aimée de cet empereur.

J’ai écrit l’épilogue juste avant les chapitres de l’initiation. Dur ensuite de me remettre dans l’ambiance puisque j’ai pleuré comme une madeleine (oui, je suis comme ça :p).

D’ailleurs, cette satanée fin m’émeut toujours autant.

On y parle du kama-sutra, surtout de la partie érotique forcément, mais j’espère ne pas avoir trop traumatisé le côté philosophique.

Aide mémoire : La naissance de Easton Creek

Aide mémoire : La naissance de Easton Creek

Pourquoi ce titre ?

Scandales à Easton Creek.

Parce que Le bon, la brute et le truand était déjà pris ^^

Naaan, ce titre n’aurait rien eu avoir, je plaisante. Parce qu’il s’agit de scandales plus ou moins importants des habitants de la bonne petite ville de… tadaaa… Easton Creek. Ville fictive de l’Idaho. L’histoire se déroule en 1860 pour info, en plein western en fait.

L'inspiration

J’avoue, l’inspiration vient d’un jeu de rôle sur forum (encore !). Bien que j’y ai repris peu d’éléments. Pour info, Docteur Gray, Journal d’un espion et Alternances sont eux aussi inspirés de jeux de rôles. Je n’y ai repris que…

Le nom et les prénoms des Sullivan (mais les prénoms venaient de moi, j’avais complété toute la petite famille pour le jeu)

Le fait qu’ils fassent partie des fondateurs de la ville (mais tous les autres sont inventés pour le coup).

Qu’Eden fut folle amoureuse du Docteur Conroy et que lui… bah il était déjà marié (dans le rpg en tout cas) avec une femme anciennement esclave, enceinte de lui et que tout cela était secret (à l’époque malgré la guerre de Sécession qui a cessé c’est sur, c’était encore très chaud question racisme hein). Leur aventure a donné un rp assez guimauve et très fun à interpréter l’été dernier (2015).

Heu… bah mis à part l’amitié entre le barbier (très sympa d’ailleurs, c’est lui qui sauve Eden des loustics alcoolisés dans l’original) et un jeune indien, c’est tout ^^

Ah si ! Eagle (dont j’ai oublié le nom original) était bien un élève apprenant à parler, lire et écrire sa langue.

J’y incarnais Eden. Thomas n’existait pas, mais j’y pensais en tant que prédéfini. Bien que je ne sois pas très portée à en faire.

Histoire d’une histoire

Il s‘agit d’une romance sur fond de western. Une petite ville d’apparence tranquille et qui vient de perdre son pasteur accueille son remplaçant ainsi que son fils (oui, les pasteurs se marient et ont des enfants si vous ne saviez pas ^^).

Le souci étant que ce fils traîne derrière lui des accusations de crimes qu’il n’a pourtant pas commis. Il a fait de la prison pour cela, le temps d‘être reconnu non coupable. Il est effectivement innocent, mais dans une petite ville où l’on s’ennuie presque, une telle histoire fait scandale.

Ah ! Et vous croyez que c’est là le seul scandale de l’histoire ? Que nenni ! Il y a d’ailleurs un s à ce mot dans le titre. Ce n’est pas non plus la relation entre Thomas et Eden, la fille de l’un des fondateurs qu’il a secouru (un peu malgré lui). Non non. Ça, ce n’est que le début. En gros, chacun a ses petits secrets.

Un bout de casting

Thomas Valentine & Eden Sullivan

Adam & Dave Sullivan

Les frères Valentine

Le Dr Conroy & Mitchell

Aide-mémoire : La porte de Brécheliant

Aide-mémoire : La porte de Brécheliant

Pourquoi ce titre ?

La porte de Brecheliant.

Au départ, cette histoire était basée sur tout autre chose et devait se nommer Savoir et pouvoir mais je m’étais trop enlisée dans mon plan et ne trouvais pas de fin valable (ni beaucoup d‘intrigue à vrai dire).

Brecheliant est le nom ancien de Brocéliande.

La porte est en fait un passage entre cette forêt située en France et Albion. Ou, plus précisément non loin du château de Camelot. Si, au départ, cette porte ne menait que d’un point à un autre, un puissant enchanteur que je ne nommerai pas lui permit de passer d’une époque précise du VIe siècle à une autre au XXIe. Mais « quelque chose » l’empêche de revenir à sa fonction première.

L'inspiration

Les légendes Arthurienne. J’ai pioché dans tout (de la série Merlin à Kamelott en passant par Wikipedia et d’autres documentaires) mais également sauvagement réadapté l’histoire. La légende étant elle-même parfois confuse, parfois différente selon les auteurs anciens qui l’ont écrites, beaucoup de choses sont possibles.

 » Le but de la mythologie, c’est ce chewing-gum mâché par tout le monde, dans tous les temps et dans tous les pays. « 

— Alexandre Astier.

Mais ce n’est pas tout. J’adore les histoires de voyages dans le temps. La machine à remonter le temps d’Orwel, Quelque part dans le temps avec Christopher Reeve et Jane Seymour (sérieusement, si vous ne l’avez pas vu, regardez ce film… avec une boite de kleenex à portée de main si vous êtes sensible, cette histoire d’amour est juste magnifique… et dramatique hélas), Prisonniers du temps (qui se déroule au Moyen-âge). Bref… je vais m’arrêter là ^^

Je songeais déjà à écrire sur ce thème. Une fiction étant presque terminée mais à remanier se nomme “Entre ici et demain” mais se déroule entre un futur très proche du nôtre et une dystopie située deux cent ans plus tard. Le second voguerait entre notre époque et l’année 1940, en plein début de guerre. C’est donc un thème que j’aime beaucoup 🙂

Histoire d’une histoire

A l’origine, ce ne devait pas être le détournement de la célèbre légende mais la rencontre de deux protagonistes que tout oppose dans un monde contemporain. Gaëlle, fille d’un théologien et elle-même très instruite faisant partie de l’Ordre des Preux (assez extrémistes) et Morvan, un druide (un peu magicien sur les bords), ennemi mortel et ancestral. Ils devaient finir par s’allier et vivre quelques aventures. On en était franchement loin !

Finalement, je ne regrettes pas d’être passée sur autre chose ^^

C’est devenu une histoire ou deux réalités se sont confondues, ce qui va causer des déboires à ces deux tourtereaux. Une première réalité (R1) ou Morvan et Gaëlle se sont connus très tôt et se sont mariés mais où Gaêlle fut tuée par erreur par Gauvain envoyé par Arthur venu exécuter Morvan (suite à une vision de Merlin l’ayant vu assassiner le roi). S’en suivit la vengeance de celui-ci, devenant Mordred et la fin, on la connaît. Il réussira au péril de sa vie à se venger d’Arthur lors de la bataille de Camlann. Ce sera le début de la fin de Camelot.

Mais également, à force de voyage, une seconde réalité (R2) s’est créée et se confond avec la première. Ou Morvan et Gaëlle viennent à peine de faire connaissance dans le présent, subissant les sentiments que leurs autres “eux” ont connus l’un pour l’autre et se retrouvent dans la Réalité une.

 » Toute recherche d’un héros doit commencer par ce qui est indispensable à tout héros : un ennemi. « 

— John Woo, Mission impossible 2.

Dans cette histoire, héros et ennemi sont un seul et même homme…

Anecdotes

L’histoire globale est totalement capillotractée ! Mais genre vraiment ! Et repose sur des théories de multivers.

J’hésite encore à garder l’épilogue où la boucle est bouclée. Où effectivement Arthur et Mordred sont père et fils mais… inversement de ce que l’on en a dit (en gros que Arthur est l’enfant que Gaëlle et que l’un des deux Morvan auront ensemble).

Saviez-vous que dans certaines versions de la légende, Mordred est un allié d’Arthur et son plus fidèle dévoué… jusqu’au bout ? Et ne l’a jamais tué ! Le royaume lui aurait été confié.

Et que Guenièvre n’y fut ajoutée que bien plus tard afin d’y apporter une touche de romantisme.

Le passage le plus délicat moralement sera celui ou Gaëlle viendra à confondre les deux Morvan, se laissant aller à aimer le plus sombre des deux. Si si ^^

Ce n’est pas parce que l’héroïne porte mon nom d’auteur que je m’y identifie, rassurez-vous. Il me fallait un prénom breton et j’aimais bien celui-là ^^ Je ne me nomme pas Gaëlle en vrai mais… ckrghkrchkr … ah, je passe sous un tunnel, je ne vous reçois plus… allô ?