Comment choisir une police de caractères pour mon livre ?

Waw ! Tout un programme !

Je vous avais déjà parlé des typographies ainsi que quelques termes de vocabulaire dans cet article :

J’espère le compléter un peu.

Lorsque vous vous êtes lancé dans l’écriture, vous vous êtes certainement posé la question de savoir quelle police de caractère utiliser, sa taille, ainsi que tous ces détails techniques qui ont leur importance afin d’assurer une lecture agréable et sans risque d’hémorragie oculaire (ou de céphalées).

Et l’on vous aura répondu soit :

    • Time New Roman, 11 pts, alinéa 0,6 et interligne 1,5, texte justifié (les standards)
    • Fait comme bon te semble, c’est ton livre
    • Moi, j’prends Garamond, j’aime bien…

Décortiquons.

Restons classiques

La première solution est la plus classique. Et, à quelques exceptions près, celle demandée par défaut par un éditeur. Donc si vous visez l’édition traditionnelle… vérifiez sur le site de l’éditeur pour connaître ses volontés spécifiques (mais vous ne serez pas bien loin). Si vous visez l’autoédition en craignant une bourde de ce côté-là, visez cette configuration lisez la suite.

Ou soyons originaux

La seconde solution viendra lorsque vous serez moins frileux.

Utiliser une police différente n’est pas mal non plus (et certains ont même tendance à dire que Time New Roman, y’ en a un peu marre). Mais ce ne sera possible que si vous vous autoéditez, car sinon cela reste de la décision de l’éditeur (qui lui, sait, c’est bien connu). À moins de pouvoir en débattre avec lui/elle/eux. Bref.

En effet, changer de police de caractère donne du style, complètera l’ambiance de votre histoire. Imaginez une romance sombre, un roman fantastique aux titres faits de caractères gothiques. Si cela reste lisible et pas trop surjoué, ça peut le faire. Mais attention, n’usez d’originalité que sur les titres, le texte doit être le plus lisible possible et agréable. Imaginez qu’il y en a pour des heures de lecture et qu’une police peu adaptée fatiguerait la vue.

Choisir deux polices maximum pour un roman, l’une pour les titres, l’autre le texte. Bien que vous puissiez employer la même pour les deux tant que le texte n’en pâtisse pas.

En résumé : sobriété et lisibilité avant tout pour le texte, une originalité n’est pas proscrite pour les titres.

Tout en restant dans la légalité

Garamond (pour reprendre cet exemple) est très classe et permet une lecture agréable, je vous l’accorde.  Ouaip, mais elle n’est pas libre de droits.

Tout comme beaucoup d’autres bien connues et préinstallées d’ailleurs.

Il existe des tas de variantes de cette police et pour la plupart, vous devrez vous acquitter aussi d’une licence. Bien que faisant partie de vos polices par défauts sous Windows (pour Mac, je ne puis dire), elle ne peut être employée que pour des documents personnels, pas pour un texte à vocation commerciale. Vous devrez au mieux vérifier que tout est en règle de ce côté-là ou en choisir une qui le soit.

Par exemple, il existe une version gratuite : EB Garamond. Voir plus bas.

Oui, mais une police c’est une police, pourquoi en faire tout un pataquès ?

Déjà parce qu’il s’agit d’une création. Et je pense que se faire bouffer ses droits d’auteur, vous avez une vague idée de comment cela peut faire plaisir. De plus, sachez qu’une police ne se crée pas juste en dessinant l’alphabet minuscules + majuscules + quelques symboles dans des cases. Non. Les caractères outre d’être originaux, doivent être étudiés pour obtenir un rendu parfait à l’impression, à l’affichage et ce, en gras, italique, etc.

Pour exemple, j’avais choisi une police du nom de Roboto pour mon texte. Lisible, large, conseillée sur un blog. Mais, dans mon texte certains courts passages étaient en italique. Et ces mots en italique malgré l’espacement classique collaient systématiquement au mot suivant. Le rendu était de ce fait assez, disons-le, moche.

Car il ne suffit pas de faire la police et hop, c’est envoyé. Il faut prévoir les styles, tels qu’italique, gras au minimum. Si ces styles n’ont pas été conçus à la base, votre logiciel générera ces styles au mieux. En penchant artificiellement votre texte, en épaississant son trait. Mais sans garantir un résultat au top.

C’est un travail d’acharné que de créer une police de caractère de qualité.

En passant, cela pourrait vous intéresser : 

Les polices les plus lisibles

Selon des études de 1991 et 1994 (qui certes datent un peu beaucoup, mais je n’ai pas encore trouvé plus récent) et quelques conseils pros glanés en route, voici le top 12 des polices les plus lisibles.

Mais bon, j’ai envie de dire que là aussi, on va vous sortir que certaines sont banales (surtout Arial, méfiez-vous). Et elles ne sont pas libres de droits pour usage commercial sans débourser. La plupart tournant autour de 35 € sur https://www.myfonts.com/

Pour les polices conseillées pour le format papier :

  • Garamond
  • Georgia
  • Times New Roman
  • Baskerville
  • Book Antica
  • Palatino
  • Sabon

Pour les polices conseillées pour le format numérique :

  • Helvetica
  • Arial
  • Georgia
  • Avant-Garde
  • Tahoma
  • Lucida

Quelques fontes qui ont de la gueule (et gratos !)

Quelques fontes pour votre texte bien jolies et alternatives aux plus utilisées. Mais elles ne sont pas les seules, loin de là.

Les polices à éviter

Vous êtes libre de faire comme vous le souhaitez, mais je vais tout de même, au cas où, vous informer des polices à éviter. Pour vos titres, pour ce qui est du texte, elles sont juste inenvisageables.

La première, la plus connue puisqu’elle était déjà indésirable dans les années 2000, Comic sans®.

C’est vrai que cette police est claire, lisible et amusante avec ses rondeurs et son côté cartoon. Elle était d’ailleurs destinée à des applications pour enfants. Mais elle fut à tel point utilisée, et surtout mal utilisée je dirais, qu’elle en est devenue indésirable. Si vous souhaitez faire sérieux, hé bien il va falloir vous en passer.

Actuellement, et je le déplore, car je l’aime bien aussi. C’est Lobster Two qui aurait ce mauvais rôle. Ce qui est dommage, car elle faisait des titres d’articles de blog assez sympa. La raison ? Sa trop grande popularité (il faut croire), c’est une question d’overdose visuelle.

PS : je ne suis pas spécialement d’accord, j’aime bien ces polices, mais c’est la vie. Après tout, certains habitués vous conseilleront de fuir Time New Roman pour les mêmes raisons (banalité) alors que c’est la police de base que l’on vous réclamera quasi partout.

Choisir sa police sur Google fonts

Il n’y a pas de secret, pour dénicher la police idéale il faudra y accorder un peu de temps, tester, revenir sur votre choix et chercher autre chose. À moins d’avoir la chance de tomber dessus de suite. 

Voici la page de Google fonts :

Pour affiner vos recherches, vous pouvez utiliser le filtre sur la droite.

C’est bien gentil, mais que signifient ces termes ?

Sérif : Rien à voir avec un western, ce sont les polices de caractères avec empattement. Vous savez, lorsque vous avez le a posé sur sa petite boucle ?

Sans-sérif : polices sans empattement, on les appellent également polices à bâtons.

Display : ce sont des polices un peu plus originales, destinées à l’affichage. Elles peuvent s’avérer très bien pour vos titres, généralement à éviter pour le texte.

Handwritting : ce sont les polices qui donnent l’impression d’avoir été écrite à la main. Même remarque.

Monospace : ce sont les polices à largeur (chasse) fixe.

Sorting : tri selon la tendance, la popularité, les dernières ajoutées ou par ordre alphabétique. Vous aurez compris.

Language : tri sur une langue ou un alphabet particuliers.

Vous pourrez ensuite choisir sur le Number of styles ou nombre de styles proposés. Certaines polices ne disposent que du style Regular (par défaut), les styles gras et italique étant générés automatiquement, le rendu n’est pas toujours au top.

Thickness : l’épaisseur, si vous cherchez une police épaisse pour vos titres par exemple.

Slant : Le degré d’inclinaison, si vous ne cherchez que parmi des écritures penchées.

Width : Et enfin la largeur si vous souhaitez une police comprimée ou au contraire, large.

Vérifier ce que donne la police avec votre titre

Cliquez sur le petit texte de présentation de la première police (par exemple), entrez votre titre ou un morceau texte représentatif. Puis cliquez sur APPLY TO ALL FONT.

Vous pourrez juger plus aisément du rendu (espacement, majuscules, etc.). Et également si la police dispose des accents et autres caractères spéciaux attendus.

Mais rien ne vaut une vérification avec le texte lui-même.

Votre police doit être lisible. Tout le temps, même si ce n’est qu’un titre. Si si. 

En général, l’on conseille les polices à empattement (sérif) pour le texte d’un roman au format papier. Personnellement, s’il s’agit d’un roman de science-fiction, je serai tentée à lui donner un côté plus moderne et donc sans-sérif.

Tandis qu’il est recommandé un texte sans empâtement pour un format numérique (comme pour un site web d’ailleurs).

Par contre, si vous souhaitez un texte plus accessible aux personnes souffrant de dyslexie, préférez les polices à bâton (sans sérif).

Et gare aux chiffres !

Pour les chapitres essentiellement (quoique), sachez que les chiffres peuvent être Elzéviriens (à vos souhaits !) ou Didot. Ces premiers ne sont pas forcément alignés de la même façon et certains caractères numériques peuvent être décalés. Si cette originalité fait partie de votre souhait, tout va bien.

Sur la capture d’écran, le décalage est très léger pour l’exemple de gauche, mais il arrive qu’il soit plus flagrant.

A contrario, vous aurez compris que les chiffres Didot sont sagement alignés comme sur l’exemple de droite.

Télécharger et installer une police

Lorsque vous pensez avoir trouvé votre bonheur, cliquez sur le signe plus en rouge en haut à droite de la police.

Ensuite, ouvrez le panneau apparu en bas de page.

Ce panneau vous indique comment utiliser cette police pour votre site web (ou votre blog) ou de la télécharger afin de l’utiliser dans vos logiciels (elle sera disponible ensuite sous Word, Photoshop,… enfin tout ce qui utilise les polices système). Cliquez sur le symbole de téléchargement en haut à droite du panneau.

Décompressez le fichier zip et double cliquez sur le fichier police à l’intérieur pour l’installer. Certaines polices ne vous proposeront qu’un fichier (Regular, en général), d’autre une flopée. Installez ce qui vous convient en cliquant sur le bouton Installer.

Il existe plusieurs formats de police, vous aurez le plus souvent droit à TTF (True Type Font) ou OTF (Open Type Font). En général, le format importera peu, mais OTF est susceptible de contenir plus de caractères bonus comme les ligatures, les petites capitales ou d’autres caractères accentués (et encore ce n’est pas sur).

Il existe aussi les formats PFM et PFB (PostScript) qui sont des polices de qualité destinées aux pros de l’imprimerie.

Utiliser les polices sous Word : les styles

Peut-être (sans doute même !) connaissez-vous les styles sous Word. Sinon, cela va vous sauver la vie. Si si !

Imaginez, vous avez rédigé votre roman et vient le moment de la mise en page, de la touche finale, de choix d’une police classe, sobre, belle, qui claque sa maman. Aille, faut tout modifier !

Disons que si vous n’avez pas utilisé les Styles, vous allez vous retrouver avec des kilomètres de sélectionner, modifier.

Les styles, c’est ça (dans le ruban sous le Menu > Accueil) :

Il en existe par défaut, et vous pouvez en créer aussi. Afin de ne pas vous éparpiller et surtout anticiper la création d’un eBook, n’allez pas en créer des tas.

Vous aurez besoin, en général de :

Titre : le grand titre en page de garde de votre livre.

Titre 1 : les titres de vos chapitres. Important si vous utilisez certains logiciels comme Calibre. Vos chapitres doivent toujours être sous le style Titre 1.

À consulter éventuellement : 

Titre 2 (éventuellement). Personnellement, je m’en sers pour les titres secondaires qui ne doivent pas figurer dans la table des matières.

Normal : votre texte. The gros morceau.

Éventuellement, un style pour les citations. Bien que vous puissiez les aligner à la main et les mettre en italique, tout ça tout ça.

À quoi servent les Styles sous Word ?

À la mise en page, mais mieux encore, à automatiser les modifications.

Si vous avez tout écrit en Time new Roman et que lors de la lecture de ce merveilleux article (désolée :p) vous souhaitez utiliser une nouvelle police, cliquez droit sur le Style Normal et vous aurez accès à un panneau vous permettant de définir l’aspect du texte. Pas seulement la police, mais aussi sa taille, sa couleur, les marges. De tout quoi.

Et tout texte qui a été défini en Normal sera modifié. Comme ça, d’un coup, c’est magique.

J’espère que ce petit article vous aura plu.

Je vous souhaite bon courage dans vos recherches.

Comment s’autoéditer sur Amazon, les coulisses et astuces (Partie 2 : le livre broché)

Comment créer un livre broché sur Amazon ?

Ici aussi, vous devrez remplir des formulaires. Pratiquement les mêmes à première vue, mais il y aura plus de contraintes à publier une version papier qu’un eBook. Notamment sur le fait que l’on ne pourra pas modifier certaines informations une fois le livre publié.
Il y a trois grandes étapes à la conception de votre livre papier :

  • Informations sur le livre broché
  • Contenu du livre broché
  • Droits et prix du livre broché

Qu’entend-on par broché ? Déjà, par sa taille. C’est un livre grand format (et non « poche »). Ensuite par sa conception. Le livre sera assemblé par brochage ou collage contrairement aux livres cartonnés ou reliés. Les brochés sont également plus souples et moins chers.

Informations sur le livre broché

Comment s'autoéditer sur Amazon

Renseignez ici la langue principale de votre œuvre. Ne vous trompez pas, car, en effet, cela ne peut être modifié ensuite.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Le titre et le sous-titre (facultatif). Même remarque que pour l’eBook, indiquez le titre tel qu’il sera imprimé sur la couverture. Amazon vérifie, cela peut être une raison de refus du livre. Contrairement à l’eBook, par contre, vous ne pourrez le modifier par la suite. Prenez donc garde de ne pas vous tromper, c’est vite arrivé.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Si votre livre fait partie d’une saga, indiquez son nom et le tome.

Comment s'autoéditer sur Amazon

De même que l’eBook, si ce livre a déjà été publié et mis à jour, indiquez le ici. Ou n’indiquez rien s’il s’agit d’une première édition.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Indiquez les nom et prénom de l’auteur. Ou de l’auteur principal s’il en existe plus d’un.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Dans le cas d’un recueil ayant plus d’un auteur ou d’un roman écrit à quatre mains (ou plus) indiquez ici les noms et prénoms des auteurs participants supplémentaires.

Parenthèse légale

Si vous êtes plus d’un auteur à avoir écrit votre livre, Amazon ne versera des droits qu’à l’auteur ayant inscrit le livre dans sa boutique (à ce propos, ne faites pas de doublon !). Ce sera ensuite entre vous de vous arranger pour la perception de ces droits.

 
Comment s'autoéditer sur Amazon

Important ! La description ou synopsis (quatrième de couverture par exemple) de votre livre. Il doit susciter l’intérêt en 4000 caractères maximum. Vous pouvez bien entendu y ajouter une information pertinente pour le lecteur. Tel qu’un prix obtenu.

Parenthèse esthétique

Tout d‘abord, la capture montre un exemple à ne pas faire. Entrer ou copier/coller son texte brut tel quel. Car il sera affiché en pâté sur la page d’Amazon. Pour cela, utilisez des balises HTML afin de formater votre texte. Plus d’information en annexe, à la fin de cet article.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Je me répète ici aussi, cochez si vous êtes auteur et détenez tous les droits de publication si vous avez bel et bien écrit ce roman, si vous n’avez pas signé de contrat avec une maison d’édition ou quoi que ce soit d’autre à qui vous auriez cédé ces droits).
Ou s‘il s’agit d’une œuvre du domaine public (tout en prenant garde qu’il est légalement autorisé de publier cette œuvre).

Comment s'autoéditer sur Amazon

Les mots-clés, très importants, je ne le dirai jamais assez. Lorsqu’un lecteur cherchera une nouvelle lecture sur Amazon, deux choix se porteront à lui. Passez en revue les genres littéraires ou entrez des mots-clés. Mettez-vous à sa place, quels sont les mots-clés que vous utiliseriez pour dénicher un livre comme le vôtre ?

Parenthèse marketing

L’on a tendance à penser qu’un mot par case, c’est suffisant. La preuve sur l’image. Et pourtant, sur un site comme Amazon, vous pouvez employer des groupes de 2 ou 3 mots par cases. Pas plus. Tels que thriller érotique, romance historique. L’important est de les choisir comme la majorité des lecteurs les écriraient lors de leur recherche.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Important également, et ce pour les mêmes raisons que ci-dessus. Définissez deux rubriques. Ce sont les genres littéraires de votre œuvre. Si vous avez un doute, demandez conseil autour de vous ou piochez dans les principales (je sais, cela peut être délicat). Si votre histoire se classe dans plus de deux rubriques, profitez de la description pour l’indiquer.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Surtout, soyez honnête, n’allez pas glisser votre romance dans une rubrique moins fréquentée histoire d’être mieux classée, c’est de la triche. Et l’on risque de ne pas vous trouver.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Informez si votre histoire comporte des scènes inappropriées pour les plus jeunes. Cela n’inclut pas que le sexe, mais également les scènes violentes, le langage choquant. Préservons leur innocence encore un peu. Si si.

Contenu du livre broché

Comment s'autoéditer sur Amazon

L’ISBN est un numéro unique et international assigné à votre livre. Indispensable pour être commandé en libraire par exemple. S’il est facultatif pour un eBook, c’est obligatoire pour un livre papier. Vous pouvez commander des ISBN auprès de l’AFNIL. La première fois, ce sera payant (25 €) pour ouverture de frais de dossier (cela date d’avril 2019) puis gratuit à vie ensuite.

Parenthèse informative

Vous pouvez choisir d’utiliser un numéro ISBN d’Amazon. Mais… cet ISBN leur appartient, ce sera donc un peu compliqué si vous décidez de ne plus publier votre livre chez eux, vous risquez le cafouillage dans les bases de données ayant gardé son ancienne classification si vous changez son numéro (et vous devrez le changer). Donc, autant que possible optez pour votre propre ISBN.

Seconde parenthèse informative

L’ISBN est unique, un seul par livre. Mais également un seul par format de livre. Si vous comptez publier la même histoire en grand format ainsi qu’en format plus petit proche du poche, vous devrez attribuer un ISBN différent à chacun de ces formats.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Choisissez ici la date à laquelle votre livre paraitra (ou laissez tel quel pour que ce soit dès la validation). Vous pourrez ainsi organiser des préventes et annoncer sa sortie à l’avance. Mais… attention, si vous comptez annuler cette prévente, vous allez vous faire enguirlander et interdire cette option pour un an ! Oui, ça m’a fait bobo aussi.
C’est dommage que cette option n’existe que sur broché, une fois l’eBook publié en parallèle, il devient disponible de suite, lui.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Ah ! Là où l’on commence à suer ? Mais non, mais non.

Intérieur et type de papier. À savoir que le papier crème est plus fin que le blanc. Donc l’épaisseur de votre livre sera différente selon votre choix (vous devez en tenir compte pour la taille de votre image de couverture).

Taille de coupe : un livre broché classique sera en 6×9 po (15,24 x 22,86 cm). Attention, ici aussi, une fois choisi, ce n’est plus négociable.

Le fond perdu. À moins d’éditer un livre dans lequel des illustrations devront être imprimées jusqu’au bord des pages, laissez sur Absence de fond perdu.

Enfin, choisissez de préférence Brillant pour la finition. C’est tout à votre goût, mais personnellement, je trouve que la finition Mat laisse une impression de trace de doigts sur la couverture lorsqu’on la tient longtemps en main. Et j’aime pas.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Envoyez votre manuscrit ici. Un message vous avertira si tout s’est bien déroulé.

Parenthèse technique

Vous pouvez envoyer votre texte sous le format de votre choix, directement Docx ou RTF, mais je vous conseille tout comme Amazon de le convertir en PDF. Logiquement votre logiciel fait ça.
Car un PDF gardera votre formatage sans risquer une altération lors de la conversion. Choisissez toujours de sauver votre PDF avec les polices intégrées au fichier si vous utilisez des polices plus originales.

Comment s'autoéditer sur Amazon

La couverture. Ici, elle devra être au format PDF et non JPG ou TIFF comme pour l’eBook. Logiquement, votre logiciel de graphisme le permet.
N’oubliez pas de cocher la case si vous insérez vous-même un code barre ISBN sur la couverture, sinon laissez cet emplacement vide sur l’image. Perso, je l’insère moi-même afin de contrôler l’aspect jusqu’au bout. Référez-vous à cet article pour générer votre propre code-barre sur base de votre numéro ISBN et prendre connaissance des mentions légales obligatoires.

Parenthèse technique

Aille ! Mais comment créer une couverture à la bonne taille ! Car si la taille de la couverture reflète la taille du livre, selon l’épaisseur (le nombre de pages et le type de papier) le dos sera plus ou moins fin. Il faut en tenir compte !
Amazon propose pour cela des modèles à télécharger. Chargez-le dans votre logiciel de graphisme et gardez-le en fond pour vous y référer. Soit en jouant avec l’opacité sur les éléments de votre couverture soit, comme je le fais, en retraçant les contours (sur un calque à part mis en premier plan), des emplacements des marges et du code barre.

Les modèles sont à télécharger ici :

Notez bien la taille, le nombre de pages (pas le nombre de pages de votre fichier Word de base, ou votre premier jet, attention ! Mais bien celui de votre texte avec les marges et la taille exacte. Voyez ci-dessous pour télécharger un modèle Doc) et le type de papier.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Le moment crucial. Qui peut durer de quelques instants à plusieurs années selon le sens du vent. Prévisualiser votre livre, c’est important. C’est le résultat final, vérifiez scrupuleusement.

Parenthèse technique

Que vérifiez en priorité ? Vous devez insérer (contrairement au numérique) une (seule) page blanche recto verso en début et en fin de livre. Prévoyez une page pour le grand titre, une page pour les mentions légales. Une page de remerciement au besoin. Inspirez-vous d’autres romans.
Tous vos chapitres doivent débuter sur une page impaire. Quitte à laisser une page paire blanche.
Vos paragraphes doivent débuter par un retrait (0,5 cm). Votre police ne doit pas faire moins de 10 points sinon ce serait illisible (cela dépend de la police ensuite). Pour faire classique, utilisez Time New Roman. Texte en 11 ou 12 points. Titre en 18 points (gras). Interligne à 1,5.
N’omettez pas la numérotation de page qui — outch ! — débute au premier chapitre, pas avant. Bon courage avec Word.

Heureusement, ici aussi, vous aurez la possibilité de télécharger des modèles prêts à l’emploi :

Droits et prix du livre broché

Comment s'autoéditer sur Amazon

Vous pouvez définir ici les régions (et donc les boutiques Amazon) dans lesquelles sera vendu votre livre. Cela ne coute pas plus cher et touche bien plus de lecteurs de cocher Tous les territoires.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Le moment délicat, à combien vendre mon livre ? Grande différence avec l’eBook, vous définissez le prix HORS TVA. Le petit calcul pour tomber sur le prix final que vous souhaitez sera cadeau.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Vous pouvez définir votre prix pour les autres marchés ou laisser Amazon faire la conversion sur base de votre prix de départ.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Voilà, nous y sommes.
Vous pouvez soit sauver et publier le tout (avec une attente allant jusqu’à 72 heures pour être validé), ou enregistrer comme brouillon et commander une épreuve de votre livre papier. Un échantillon en somme. Une fois dans vos mains, vous pourrez juger de l’impression, si vous souhaitez rectifier la police, la couverture, etc. Cette épreuve arborera un joli bandeau Interdit à la vente par contre (pas top si vous comptiez l‘offrir, préférez commander des exemplaires destinés à l’auteur).
Si, pour votre livre papier, vous obtenez malgré la validation un message de rupture de stock, ne vous inquiétez pas, ce sera temporaire. Si cela persiste par contre, inquiétez-vous et contactez le support.

Annexe : du HTML pour mettre la description en forme

Ne fuyez pas, cette fois, je ne vous expliquerai pas ce qu’est l’HTML, juste qu’en ajoutant des balises, vous mettez en page votre texte de description proprement.
Les balises se placent toujours autour du texte. Il faut toujours ouvrir et fermer les balises (la fermeture avec le signe / devant). Si vous optez pour plusieurs effets sur un même texte, les balises doivent être imbriquées.

<h1>Titre</h1>

Vous avez 6 niveaux de titre, il suffit de changer le chiffre de 1 à 6, du plus grand au plus petit.

<p>Tout un paragraphe</p>

Vous pouvez insérer des balises à l’intérieur.

<i>Texte en italique</i>
<b>Texte en gras (bold)</b>
<u>Texte souligné (underline)</u>
<s>Un texte rayé</s>

Exception, une seule balise pour le retour à la ligne forcé avec :

<br>

Comment s’autoéditer sur Amazon, les coulisses et astuces (Partie 1 : l’eBook)

Vous songez à vous autopublier sur la plateforme Amazon, mais « Rendez-vous en terre inconnue » n’est pas trop votre tasse de thé ? Vous faites déjà partie des autoédités, mais glaner deux ou trois astuces ne serait pas de refus ? Vous êtes simplement curieux de voir à quoi ça ressemble ce bidule. Vous êtes à la bonne adresse.
Ensemble, décortiquons l’interface d’auto publication. Ce p’tit tuto sera scindé en deux grandes parties (et sera sans doute un peu répétitif) l’eBook et le livre papier (broché).

L’inscription

Si ce n’est déjà fait, vous devez posséder un compte Amazon Kindle Direct Publishing (le très connu KDP). Pour cela, rendez-vous à cette adresse :

De base, Amazon vous propose une aide complète, c’est ce qui a motivé mon adhésion sur cette plateforme au départ. Si je conseille de lire tout cela à tête reposée si vous vous lancez sérieusement, il faut avouer que c’est très long. D’où la présence de ce résumé rapide (oh ! le pléonasme !).
Une fois inscrit et connecté, vous arrivez sur cette page. Vos eBooks et livres publiés seront à la suite.

Comment s'autoéditer sur Amazon

C’est assez intuitif comme vous pouvez le voir, pour créer un eBook ou livre numérique, cliquez sur + eBook Kindle. Pour créer votre livre broché (papier), cliquez sur + Livre broché.

Comment créer un eBook sur Amazon ?

On commence par celui-ci. Vous devrez remplir des formulaires, il y trois grandes étapes à la conception de votre eBook :

  • Les informations relatives à l’eBook Kindle
  • Contenu de l’eBook Kindle
  • Prix de l’eBook Kindle

Pourquoi ce mot Kindle partout ? Parce que c’est le format exclusif d’Amazon (l’extension du fichier est alors azw). Il s‘agit également du nom de la liseuse officielle Amazon. Elle peut également lire les format ePub, PDF et Mobi non protégé. Mais azw reste son format par défaut. Vous allez donc convertir sans le savoir votre eBook en azw. Ce qui ne changera pas grand-chose de le savoir.

Les informations relatives à l’eBook Kindle

Comment s'autoéditer sur Amazon

La langue dans laquelle votre eBook est principalement rédigé.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Le titre du livre. Important, il doit être similaire à celui sur la couverture, sinon cela ne passera pas, ce sera vérifié. De même pour le sous-titre, n‘entrez rien si ce n’est pas important ou si vous n’en avez pas.

Parenthèse marketing

C’est moche (du moins, c’est mon avis personnel), mais d’un point de vue accroche du client, l’on conseille d’entrer des informations supplémentaires, en plus du titre. Ces infos seront plus visibles qu’un résumé et bien employée peuvent jouer en votre faveur.
Par exemple, Romantique à souhait ! (pour une romance toute douce). Très chaud ! (pour un érotique), Drame familial contexte rural (pour une bio), etc.

Comment s'autoéditer sur Amazon

À remplir si votre histoire est divisée en plusieurs tomes (duologie, trilogie, saga). Laissez vide dans le cas contraire.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Pour le cas où ce livre aurait déjà été édité et mis à jour pour cette publication. Comme indiqué, entrez 1 (ou rien) pour une première édition, puis de 2 à… pour des mises à jour.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Coucou, c’est vous. Vos nom et prénom d’auteur. Si vous écrivez à plusieurs mains, indiquez l’auteur principal et voyez ensuite.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Si vous êtes plusieurs à avoir contribué à cette œuvre (dans le cas d’un recueil par exemple ou d‘un roman à quatre mains ou plus), indiquez ici les noms et prénoms de ces auteurs supplémentaires.

Parenthèse légale

Si vous êtes plus d’un auteur à avoir écrit votre livre, Amazon ne versera des droits qu’à l’auteur ayant inscrit le livre dans sa boutique (à ce propos, ne faites pas de doublon !). Ce sera ensuite entre vous de vous arranger pour la perception de ces droits.

 
Comment s'autoéditer sur Amazon

Important ! La description ou synopsis (quatrième de couverture par exemple) de votre livre. Il doit susciter l’intérêt en 4000 caractères maximum. Vous pouvez bien entendu y ajouter une information pertinente pour le lecteur. Tel qu’un prix obtenu.

Parenthèse esthétique

Tout d‘abord, la capture montre un exemple à ne pas faire. Entrer ou copier/coller son texte brut tel quel. Car il sera affiché en pâté sur la page d’Amazon. Pour cela, utilisez des balises HTML afin de formater votre texte. Plus d’information en annexe, à la fin de la partie 2.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Vous avez compris, cochez si vous êtes auteur et détenez tous les droits de publication (si vous avez bel et bien écrit ce roman, si vous n’avez pas de contrat avec une maison d’édition ou quoi que ce soit d’autre à qui vous auriez cédé ces droits).
Ou s‘il s’agit d’une œuvre issue du domaine public (tout en prenant garde qu’il vous est légalement autorisé de publier cette œuvre et que les droits soient bien tombés dans le domaine public, ce qui varie d’un pays à l’autre).

Comment s'autoéditer sur Amazon

Les mots-clés, très importants, je ne le dirai jamais assez. Lorsqu’un lecteur cherchera une nouvelle lecture sur Amazon, deux choix se porteront à lui. Passer en revue les genres littéraires ou entrer des mots-clés. Mettez-vous à sa place, quels sont les mots-clés que vous utiliseriez pour dénicher un livre comme le vôtre ?

Parenthèse marketing

L’on a tendance à penser qu’un mot par case, c’est suffisant. La preuve sur l’image. Et pourtant, sur un site comme Amazon, vous pouvez employer des groupes de 2 ou 3 mots par cases. Pas plus. Tels que thriller érotique, romance historique. L’important est de les choisir comme la majorité des lecteurs les écriraient lors de leur recherche.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Important également, et ce pour les mêmes raisons que ci-dessus. Définissez deux rubriques. Ce sont les genres littéraires de votre œuvre. Si vous avez un doute, demandez conseil autour de vous ou piochez dans les principales (je sais, cela peut être délicat). Si votre histoire se classe dans plus de deux rubriques, profitez du titre ou de la description pour l’indiquer.
Surtout, soyez honnête, n’allez pas glisser votre romance dans une rubrique moins fréquentée histoire d’être mieux classée, c’est de la triche. Et l’on risque de ne pas vous trouver.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Ne touchez à rien si votre livre est tout public. Sinon, veuillez informer de l’âge légal pour le lire. Cela vaut pour définir si votre livre est pour adulte ou s‘adresse à un tout jeune public au contraire.

Contenu de l’eBook Kindle

Passons maintenant au contenu, c’est-à-dire, les fichiers.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Cochez si vous souhaitez une protection DRM. Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d‘une protection numérique empêchant de distribuer le fichier de ce livre (et donc de risquer de le retrouver sur des sites de vente illégale ou offert gratuitement sans votre accord). Ici, chacun voit la chose comme il veut, car le DRM empêche également le prêt entre amis.
Pour charger/envoyer votre manuscrit, cliquez sur le bouton. Vous pouvez l’envoyer sous divers formats comme indiqué.

Parenthèse technique

Veillez à avoir inséré un saut de page avant chaque chapitre ainsi que pour séparer la page de garde (titre), les infos légales du texte en lui-même. N’insérez pas de page blanche (recto verso) ni au début, ni à la fin, ni dans le livre.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Lorsque vous aurez envoyé votre texte, si tout va bien, vous aurez ce genre de messages au bout de quelques instants à quelques minutes. Pour ce qui est de l’orthographe, ne rêvez pas trop vite, il laisse passer les coquilles hein. Si si, je vous promets ^^

Comment s'autoéditer sur Amazon

La couverture. Bon, ici soit on a fait appel à un pro soit on prend des risques. Sachez que pour un eBook, vous pouvez envoyer une image au format JPG (classique) ou TIFF (format déposé par Adobe), mais elle doit être de taille correcte. En gros, minimum 1 000 x 625 pixels. Maximum 10 000 x 10 000 pixels.
Vous pouvez passer par le créateur de couvertures si vous ne possédez pas de logiciel adéquat.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Important. À faire sans se presser. Lancez l’outil de prévisualisation (patientez) et vérifiez bien à votre aise que tout est OK. Vous pouvez également télécharger cet aperçu.

Parenthèse pratique

Que vérifier ? Sur un eBook, il y a déjà moins de soucis à se faire contrairement à la version papier. Vérifiez que vous n’avez pas de pages blanches superflues, que votre texte s’affiche clairement, sans ressembler à un gros pâté. Qu’il soit justifié, lisible, agréable.

Comment s'autoéditer sur Amazon

L’ISBN est un numéro unique qui définira votre livre. Pour un eBook, ce n’est pas obligatoire. Veuillez vous référer à la partie sur les brochés plus loin pour un complément d’information.

Prix de l’eBook Kindle

Comment s'autoéditer sur Amazon

KDP Select est un programme permettant le prêt de votre livre aux membres Amazon ayant souscrit à cette option.
Avantages : il génère des revenus à la page lue (après un nombre minimum de pages consultées), ce qui peut les augmenter confortablement les revenus.
Inconvénient : en souscrivant à KDP Select, l’on assure l’exclusivité (et Amazon vérifie), à savoir de ne publier son eBook sur aucune autre plateforme. La souscription est de trois mois, et peut être suspendue si l’on change d’avis (mais ce ne sera effectif qu’après ces 90 jours).

Comment s'autoéditer sur Amazon

Vous pouvez définir ici les régions (et donc les boutiques Amazon) dans lesquelles sera vendu votre eBook. Cela ne coute pas plus cher et touche bien plus de lecteurs de cocher Tous les territoires.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Le moment délicat, à combien vendre mon eBook ? Un roman se vend moins cher qu’un guide ou un manuel. Ensuite tout dépend de la taille je dirais. Au mieux, passez voir vos collègues pour vous faire une idée. Certains songent au portefeuille de leur lecteur, d’autres qu’il est inconcevable de « brader » son œuvre. Cela dépend de la façon de voir les choses de chacun, je vous laisse vous débrouiller : p
Tout d’abord sélectionnez le pourcentage de redevance (ça change des 8 % de l’édition classique hein ?). Tout dépend du prix de votre eBook. Sous 2,99 €, vous bénéficiez de 35 %. Au-dessus de 2,99 €, vous obtiendrez 70 %.
Ensuite, définissez ce prix TVA compris.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Vous pouvez définir votre prix par pays ou laisser simplement le calcul de conversion se faire tout seul.

Comment s'autoéditer sur Amazon

MatchBook. Comme le Port Salut, c’est marqué dessus. Vous pouvez permettre l’achat de votre eBook à bas prix à tout achat de sa version papier (si vous avez une version papier). Je trouve ça sympa 😊

Comment s'autoéditer sur Amazon

Autorisez le prêt de votre livre à des amis. Ou pas.

Comment s'autoéditer sur Amazon

Nous voici à la fin. Avant d’enregistrer une ultime fois, notez qu’il faudra jusqu’à 72 heures pour voir votre eBook validé et affiché dans le catalogue. Parfois, c’est plus rapide. Vous recevrez un mail vous l’annonçant joyeusement.

Passons au format papier dans la partie 2.

Changement de couverture pour La fiancée de Gravesend

La couverture de La fiancée de Gravesend à été refaite afin de moins ressembler à Barbie (ou aux Sims). Dédicace.

Passant de :

à :

La fiancée de Gravesend, couverture

Si vous vous êtes déjà procuré le livre, vous pourrez vous vanter de posséder une édition rare 😀

Pour les utilisateur éventuels de DAZStudio, les modèles utilisés sont :

    • Victoria 7 (Genesis 3 Female).
    • Summer pour Victoria 7 (morph).
    • Victoria Iven (vêtements).
    • Delphi hair (cheveux).
    • Forest path (décor).

Chronique du blog « Bite me if you can » pour La fiancée de Gravesend

Une nouvelle chronique pour La fiancée de Gravesend, très gentiment rédigée par (Jenny) Miss Borgia du blog Bite me … if you can que je remercie beaucoup beaucoup.

Vous pouvez en prendre connaissance ici ou sur son blog :

Ah, les mariages arrangés, si je tenais le con qui a inventé ça !! Je passe en première position pour lui dire ma façon de penser !! Katherine, l’une des personnages de cette histoire, en fait les frais à cause de son père au bord de la faillite !! (En même temps Gros, tu l’as bien cherché quelque part !! Bah oui, Môssieur est directeur d’une mine ; faut pas s’attendre à devenir Trump non plus !!)

Donc, ce cher papa a tout arrangé . Et par les temps qui court en ce temps là , époque Victorienne et tout le cérémonial pompeux des bonnes familles, il ne fallait pas jouer  « aux cons ». pourtant, Katherine ne veut pas de ce truc, elle veut un mari qui saura la respectée et non pas un prêteur sur gages. Féministe avant l’heure ? Ouais, mais un chouilla  pot de glue, parce qu’elle s’évertue à draguer un ex lieutenant de l’armée anglaise revenu des Etats unis, de la guerre d’indépendance avec son ami. Celui –ci n’aspire qu’à une chose, devenir fermier et ne plus penser à la guerre ;  pas au mariage !! Autant dire que la petite dame va ramé !!

Ambiance « prout prout » au départ, mais tout le long, nous apprenons à connaitre les personnages et par conséquences, on s’y attache. Mention spéciale à Charleston, qui réapprend à vivre  après son passé d’esclave.

Merci Gaelle, lu d’une traite !! Nuit blanche mais j’ai été totalement embarquée dans cette aventure, qui je dois dire ma totalement remise dans le bain des romances historique, tu es la seconde auteure qui m’a fait renouée avec ce genre et je ne suis pas déçue !! Merci pour cette super nuit blanche !!

Si vous aussi, vous êtes tenté par une nuite blanche dans les campagnes du Kent du 18ème siècle, découvrez La fiancée de Gravesend.

Disponible sur Amazon en version numérique, broché et « poche ».