Comment réaliser un booktrailer ?

En juin 2018, j’avais déjà publié un article concernant la création d’un trailer, axé plus spécifiquement sur les ressources. Cette fois, sans entrer dans des explications complexes, vous allez voir concrètement comment je conçois mes booktrailers.

Certes, il vous faudra mettre la main à la pâte, utiliser des logiciels qui vous sont peut être inconnus et vous sembleront complexes (voire même effrayants), mais sachez que tous possèdent des tutoriels complets pour être pris en main.

Un exemple ?

Rassembler les éléments composant un booktrailer

Pour créer votre booktrailer, vous aurez besoin d‘images, de vidéos courtes, d’une musique d’ambiance, et éventuellement de sons. Vous aurez également besoin de préparer le texte à afficher (rien que pour le relire à tête reposée et éviter la coquille pernicieuse qui pourrait s’y glisser). Notez ce qui vous semble convenir à votre projet et partez à leur recherche.

Musique d‘introduction d’Indiana Jones !

Où dénicher les éléments indispensables à votre booktrailer ?

Images ou extraits vidéos

La partie délicate, surtout si vous abordez un thème spécifique, les romans historiques, fantasy ou de science-fiction auront le plus de mal à dénicher les éléments visuels qui colleront à l’histoire.

Dans ce cas, soyez stratège et misez sur des décors plutôt que des personnages en costumes d’époque (quasi) introuvables ou d’autres vidéos plus abstraites.

http://mazwai.com/
https://videos.pexels.com/
https://pixabay.com/
https://www.videvo.net/
https://www.videezy.com/
https://pixabay.com/

La musique et éventuellement, des sons

La musique, c’est ce qui crée l’émotion. Elle aussi, doit être libre de droits et à usage commercial (si vous comptez faire un booktrailer pour un livre en vente).

Les sons sont facultatifs, mais cela peut égayer votre booktrailer. Pour La fiancée de Gravesend, j’ai ajouté des bruitages de type chants d’oiseaux ainsi que des coups de canon. C’est un petit plus qui apporte une dimension réaliste supplémentaire.

http://www.auboutdufil.com/
http://www.sound-fishing.net/
http://lasonotheque.org/
http://www.universal-soundbank.com/
http://soundbible.com/
http://audionautix.com/
http://www.bensound.com/
http://www.musicscreen.be/musique-libre-de-droit-action1.html

Il y en à certainement d’autres.

Le texte

Très important, à défaut de voix off ou de dialogues comme pour la bande annonce d’un film, vous avez le texte. Vous pouvez utiliser votre résumé de quatrième de couverture, ou un texte inédit. Il doit avoir le même but, susciter l’envie de découvrir votre livre sans gâcher la chute. Mais également glisser les informations nécessaires pour l’acheter ou le lire.

Idéalement, ce texte doit être synchro avec les images et la musique. Vous avez déjà tous vu une bande-annonce pour un film ou bien même d’autres booktrailers. Vous avez sans doute remarqué que tout était synchronisé. Un son spécifique lorsqu’un texte percutant s’affiche. Un changement d’instrument dans la bande-son pour donner un effet plus dramatique, etc.

Avec les éléments trouvés et ceux que vous avez éventuellement entendus, visualisez mentalement le résultat. Il se peut que vous deviez vous plier plus aux exigences techniques (effets spéciaux) disponibles par vos logiciels ou selon les médias obtenus. Créer un booktrailer n’est jamais simple. Le résultat entre ce que vous aviez en tête et le résultat final peut être très différents. C’est pour cela que je vous conseille de visionner et écouter d’abord vos trouvailles afin d’y piocher. Sinon vous risquez d’imaginer de grandes scènes épiques et d’être terriblement déçu en ne les trouvant nulle part.

Le logiciel de montage vidéo

Hélas, les choses changent et les logiciels, comme toute chose, naissent et meurent. C’est le cas pour le logiciel de montage gratuit Windows Movie Maker. C’est définitif, il est désormais introuvable par voie légale puisqu’il n’est plus développé.

Il existe d’autres logiciels, mais bien souvent pros, donc chers et même complexes.

À force de recherche, je suis finalement tombée sur une solution gratuite et en français. Davinci Resolve.

https://www.blackmagicdesign.com/products/davinciresolve/

Vous le téléchargez à cette adresse, dans le fond de la page, la version Free. Installez-le en prenant garde de refuser l’installation des logiciels tiers éventuels, laissez par défaut sinon.

Comment assembler les éléments de votre booktrailer ?

Créer un nouveau projet.

On considère que vous avez sous la main vos images, vidéos, sons, musiques (voir ci-dessus). On appelle ces éléments, des plans. Vous glissez-déposez vos plans depuis votre navigateur dans votre bibliothèque.

Si vous ne trouvez pas la bibliothèque, cliquez sur Bibliothèque de médias sous le menu en haut.

Pour faire le montage, glissez votre vidéo ou votre image sur la ligne de temps, en regard avec la piste Video 1. Ensuite, le son ou la musique correspondante en regard de la piste Audio 1. Et ainsi de suite jusqu’à avoir positionné vos éléments (plans) dans l’ordre de lecture.

Ces pistes apparaissent automatiquement quand vous glissez quelque chose.

Si vous souhaitez ajouter un son ou un bruitage (par exemple, j’ai ajouté des chants d’oiseaux au début de la vidéo), glissez jusqu’à créer une seconde piste Audio 2. En glissant juste en dessous de Audio 1, la nouvelle piste se crée toute seule.

Les effets spéciaux 

Vous souhaitez faire une transition en fondu entre deux plans ? Que la musique démarre en montant le volume doucement ? Ouvrez le panneau des effets, si celui-ci n’est pas visible, cliquez sur Bibliothèque d’effets en haut sous le menu.

Glissez l’effet voulu sur l’élément (plans) sur lequel vous souhaitez appliquer cet effet dans la ligne de temps.

Les textes

Toujours dans votre panneau d’effets, choisissez Texte ou L/M/R tiers inférieur selon la position souhaitée.

Glissez sur une nouvelle piste Vidéo. Double cliquez sur ce Texte dans la ligne du temps.

Vous ouvrez alors le panneau de paramétrage de ce texte (police, couleur, etc.).

Le timing

Très important sinon vos images et vos textes ne feront que défiler gentiment, mais sans réelle conviction. N’hésitez pas à étirer ou raccourcir vos plans sur la ligne du temps afin que ceux-ci concordent avec certains passages musicaux. Cela vaut pour le texte également.

Gare à la musique et aux sons qui peuvent être tronqués. Préférez alors soit remanier votre bande-son si possible, soit la faire disparaitre en fondu à la fin, par exemple.

Pour ma part, afin d‘être précise, je change la durée manuellement. Pour cela, sélectionner d’un clique le plan et Ctrl-D (ou clique droit et Changer la durée du plan). En général, pour une phrase à une phrase et demie, je compte 10 secondes. Sinon cela dépend de sa longueur (laissez le temps de la lire) ou de la synchronisation avec la musique.

Si les plans sur votre ligne de temps sont affichés en trop petit ou au contraire, prennent trop de place à l’écran, usez de la réglette + et – située au-dessus de votre ligne de temps.

Et enfin, sauver tout ça !

Vous avez deux façons de sauvegarder.

  1. Le projet ou fichier source reprenant les informations.
  2. Ou créer votre vidéo finale.

Dans le premier cas, un simple Fichier  > Enregistrer le projet dans le menu du haut suffit.

Pour créer votre vidéo définitive, rendez-vous dans le menu du haut sur Espace de travail puis sur Espace de travail principal et Exportation. Pour info, vous étiez dans l’espace Edition juste avant.

Le processus de création d’une vidéo se nomme ici (comme en 3D), un rendu.

Les choses étant bien faites, des paramètres sont préenregistrés. Par exemple, pour l’envoi sur Youtube. Choisissez Youtube 1080p au format MP4 (en fait, faite comme vous le souhaitez, je m’adresse ici aux débutants qui en sont à leur toute première fois et ne savent pas spécialement comment faire), et le logiciel paramètrera tout comme il faut.

Entrez le nom de votre vidéo, éventuellement le lieu où vous souhaitez l’enregistrer.

Lorsque tout est paramétré, cliquez sur Ajouter à la liste d’export. Vous pouvez choisir plusieurs paramétrages pour tester tout ça.

Cette liste d’export qui se trouve à droite. Cliquez sur Exporter.

C’était succinct, ceci n’était qu’une première approche. Je vous invite à consulter les vidéos de tutoriel de Davinci Resolve sur le site officiel ou sur Youtube afin de devenir un vrai pro, car vous imaginez bien que ce logiciel dispose de beaucoup plus de fonctionnalités que ça.

Le logiciel de composition musicale

Vous pouvez piocher parmi les banques de données libres de droits, mais je vous souhaiterai alors bonne chance pour trouver à la fois un morceau qui vous convient ET qui soit utilisable à des fins commerciales.

Bonne nouvelle, l’un d’eux (celui que j’utilise) est aujourd’hui en version gratuite. C’est Magix music maker.

https://www.magix.com/fr-be/musique/music-maker/

Installez-le comme pour Davinci Resolve (par défaut et en faisant gaffe aux logiciels tiers éventuels).

Comment composer la musique de votre booktrailer ?

Cela fonctionne sur le même principe de glisser-déposer que pour votre montage vidéo. Sauf que le logiciel possède déjà une bibliothèque (banque) de musique (boucles, loops ou soundpools pour les intimes). Vous pouvez en ajouter vous-même soit en achetant soit en en dénichant sur le web.

Il n’y a pas 36 façons de faire lorsque l’on débute et que l’on n’est pas compositeur. Écoutez les morceaux proposés et choisissez. Ceci est la méthode basique de chez basique, mais si vous possédez une bonne oreille, vous pourriez composer quelque chose de très chouette au final (sinon mettez votre fiston ou votre mari devant, ils vont adorer).

Voici l’interface, vous voyez qu’il y a des ressemblances. Une bibliothèque de sons, une ligne du temps.

En haut, les types d’instruments ou d’effets. En bas, les sons disponibles selon le type sélectionné. 

C’est vrai que dans la version gratuite, on a vite fait le tour par contre. Vous pouvez néanmoins parcourir le web à la recherche de sons, que l’on appelle soundpools ou loops, gratuits.

Par exemple, consultez ce lien : https://www.musicradar.com/news/tech/free-music-samples-download-loops-hits-and-multis-627820

  • Vous cherchez.
  • Vous écoutez.
  • Cela vous plait, vous téléchargez.
  • Vous décompressez (si besoin)
  • Cliquez sur l’engrenage tout à droite de Boucles puis Ajouter de nouveaux Soundpools.
  • Indiquez le dossier contenant les nouveaux sons téléchargés.

Glissez les sons que vous avez choisis sur la ligne de temps. Écoutez ce que cela donne, changez, recommencez, ré-écoutez. Ajoutez plusieurs sons à la suite pour rallonger celui-ci, ou étirez à l’aide de la souris.

Vous n’avez pas de piste Video ou Audio ou Bass ou Violon ici, placez un son ou type d’instrument par ligne pour que cela reste propre.

Et pour sauver tout ça ?

Comme ci-dessus, vous pouvez sauver votre projet dans le menu Fichier > Enregistrer le projet.

Ou exporter votre morceau dans un format musical sous Fichier > Exportation > Audio au format Wave.

Voilà, j’espère que cela n’a pas été trop complexe. L’idéal est de lancer la bête et de tatillonner un peu. Ces logiciels font bien plus que ce qui est mentionné, mais ç’aurait été vous embrouiller que de trop en dire. Une fois habitué aux bases, vous pourrez découvrir les autres fonctionnalités.

Allez, bon courage !

Se lancer sur YouTube

Nous avions évoqué les cas de Facebook, Twitter et d’Instagram précédemment, mais il existe d’autres réseaux sociaux. Comme YouTube qui est certes moins utilisé par les auteurs sans être totalement à négliger.

(plus…)

Top Youtube : Le joueur du grenier

Après mes avis sur quelques romans, sur des films ou même des séries, bah pourquoi pas sur toute autre chose : les youtubeurs.

Je suis avec intérêt (comme beaucoup) certaines chaînes et, bien entendu j’ai mon petit top 10 sans vraiment de classement particulier. Alors je commence au pif avec l’un d‘entre eux : le joueur du grenier.

Test de jeux à la con !

La description est simple et va droit au but. Mais est-ce les jeux ou les tests qui sont « à la con » ? Mystère.

En fait, il s‘agit de tests de jeux plutôt anciens la plupart du temps (tout le temps ?) et si vous avez été (comme moi) possesseuse d’une console ou jouant sur PC dans les années 90 et 2000, cela va raviver chez vous quelques doux (et violents) souvenirs.

Violents, car à l’époque, les jeux c’était plutôt hardcore. Moi qui ai pratiqué quelques-uns de Counter strike aux Sims en passant par World of warcraft, Doom (si si les tout premiers), Wolfenstein 3D (que j’ai fini de tas de fois) et j’en passe, je vous le dis : les consoles c’était chaud ! Fallait s’accrocher. Et parfois (souvent ?), l’on ne voyait jamais la fin (à moins d‘avoir acheté le super magazine hors série des codes triches).

Et ça, ces moments d’intense solitude, manette en main, cette émotion qui vous prend aux tripes, le joueur du grenier nous la retransmet très bien.

Alors pour les nostalgiques ou les curieux du jeu vidéo, je recommande cette chaine. Techniquement, rien à redire. C’est drôle, ça bouge, c’est très bien scénarisé et mis en scène, c’est vraiment à voir.

Par exemple, cette vidéo, dernière en date sur Ecco le dauphin.