Dans ma course au savoir sur comment se promouvoir en tant qu’auteur, je me suis immanquablement penchée sur le marketing. Et plus particulièrement le webmarketing. Du moins, celui que l’on nous sert sur internet par paquet de douze et sans honte. Je voulais savoir comment agencer mon blog, comment l’utiliser à bon escient, comment attirer l’attention sur celui-ci et au final, je me suis aperçue que beaucoup de conseilleurs profitent honteusement de ce besoin de promotion et de notre ignorance en la matière.

Auteur et vendeur vont rarement ensemble n’est-ce pas ? ^^

Il est vrai que cette discipline (le marketing) possède des techniques sérieuses qui sont discutables, mais ici ce sont ces prometteurs de beaux jours qui pullulent sur le web dont il est question. Ils sont partout, sur leur propre blog, mais surtout en vidéo YouTube. Vous connaissez la définition du verbe pulluler. Voilà. Et c’est logique qu’ils pullulent, vous allez comprendre pourquoi.

Le profil type de l’arnaqueur (il signifiant ici la neutralité et non le genre masculin, il existe également des arnaqueuses qui n’ont rien à envier aux messieurs) :

Il a « réussi » et gagne bien sa vie grâce à son blog de vente (à croire sur parole)

D’ailleurs son « produit » lui a rapporté plus d’euros cette année qu’il ne pourrait dépenser en plusieurs (son secret au prochain épisode)

Il va vous donner sa méthode ultime à lui pour que vous aussi, vous soyez au top.

Il vous proposera un « bonus » gratuit. Un ebook le plus souvent ou un cours en vidéo, une page à accès privé contre votre e-mail et ce, en toute amitié (pas besoin d’ennemi).

Il VEUT que vous réussissiez, d’ailleurs vous ALLEZ réussir.

Il vous étale sa vie, ses démarches, ses débuts difficiles, ses astuces que lui seul connait et exploite (et qu’il va vous donner même si l’on est déjà à 90 % de la vidéo ou de l’article). Ces précieux conseils qu’il aurait tant voulu connaitre à ses débuts et va vous sauver de tous ces moments compliqués en vous apportant tout ça sur un plateau d’argent (moi qui pensais qu’on apprenait de ses erreurs, on vous les livre à domicile).

Ah non, il vous les vend au prix démocratique de 500 parfois 700 ou 1000 euros (c’est cadeau on vous dit !).

Il vous le répète, vous allez réussir !
(satisfait ou remboursé ? on y reviendra)

Mais bon, ce ne sera pas facile non plus
(tu penses… déjà réunir les 500 balles…)

Attention, le prix est une promotion valable encore durant deux jours, profitez, c’est un geste élégant de sa part. Il vous aime et veut vous aider (vous pourrez vérifier deux semaines plus tard, ce sera toujours une offre temporaire de deux jours hein, c’est juste pour vous forcer à agir vite et sans trop réfléchir… truc vieux comme le monde)

Vous ne voulez pas ? Vous recevrez un mail par jour pour vous rappeler à son bon souvenir (et au passage vous culpabiliser. Tu procrastines, feignasse, allez au boulot, achète ma méthode et bouge). Ou promouvoir d‘autres formations tout aussi bénéfiques (pour vous ou pour son portefeuille ?).

À quel moment je signale que votre mail et vos données personnelles sont vendus au fait ? Allez je le glisse ici.

Maintenant qu’on a planté le décor. Vous voulez connaître deux des réelles raisons de leur succès, un exemple flagrant de comment ils y parviennent et ce qu’ils vendent concrètement ?

C’est par ici et ça, c’est pas du vent par contre.

La plupart du temps, ces merveilleux coachs sont délocalisés

Ce n’est pas juste pour une histoire d’impôt ou pour l’amour de cette nouvelle culture, il faut savoir que tous les pays ne possèdent pas le même taux salarial ni le même pouvoir d‘achat. Pour un salaire moyen français, vous vivrez comme un pacha dans pas mal de pays du monde. Et ces winners ne vivent pas au Canada, au Luxembourg ou en Norvège. Mais plutôt en Thaïlande, Argentine, Pologne.

Moi qui espérais aller vivre en Suisse, dans les îles Britanniques ou au Québec, loupé !

Je ne dis pas que c’est simple de partir à l’étranger, non. Ou que c’est mal. Au contraire, on fait comme on veut et surtout si c‘est pour améliorer son existence. Je critique surtout le fait de nous prendre pour des cons avec des explications qui n’ont pour but que de nous tirer de l’argent, pas leur choix sur leur lieu de vie.

Juste que s’ils vivent si bien, c’est grâce à cela. Ils vendent leur « produit » à un prix plutôt cher auprès de clients au pouvoir d‘achat moyen ou élevé et vivent avec ce salaire mirobolant en comparaison aux yeux des autochtones de leur nouvelle région.

Certains vous avoueront vivre à l’étranger, d’autres pas. Mais rarement ils mettront le doigt sur la vérité, que c’est l’une des clés fondamentales pour obtenir cette fortune qu’ils mettent en avant (du moins pour certains).

Ils mentent sur les chiffres

On peut faire dire tout et n’importe quoi à des chiffres, des statistiques ou des résultats de sondage. Il suffit de tourner ses propos dans le sens voulu.

Un exemple. En Belgique côté Wallon, il y a moins de chômage depuis quelque temps. Hourra ! Mais saviez-vous que c’est uniquement parce que le gouvernement année après année modifie les lois (jusqu’à ne plus pouvoir suivre) et vire par dizaines les sans-emploi vers les services sociaux ? Pas parce qu’ils trouvent du travail. Non non, on les a juste évincés. Alors oui, il y a moins de personnes touchant des allocations de chômage, mais plus recevant des aides sociales (ceci est un exemple, l’article ne débat pas du chômage).

Très récemment, j’étais sciée de constater le culot de l’un de ces donneurs de conseils. J’ai failli le croire plus authentique que les autres, car il utilisait la technique de dénigrement de ses concurrents.

Eux vous diront ceci, mais moi je suis honnête…

Mouais, si on m’avait donné un euro à chaque fois… là oui, je serais fortunée ^^

Il était question des chiffres qu’il avait générés au moyen de son blog. Et sur sa vidéo, il allait vous les… heu… vous les montrer… ah bah mince alors ! Zut ! Flute ! Crotte ! Les réseaux sociaux ont remis leurs compteurs à zéro ! Pas de bol dis donc (mode surjoué).

Donc impossible de prouver que sa technique est infaillible, mince ! Bon ben faut le croire sur parole donc…

Sérieux, ça se remet à zéro ça ? Quelqu’un peut me renseigner, car moi, je n’y ai pas cru une seconde.

C’est quoi au juste leur « produit » ?

Vous avez remarqué ? Ce mot systématiquement mis entre guillemets. Mais quel est donc ce « produit » si arraché, si bien vendu qu’il est possible pour ces gentils coachs de vivre aussi aisément ?

Vous n’avez toujours pas deviné ? Ils ont tous le même pourtant.

Non pas un aspirateur révolutionnaire. Non non, pas un épluche-patate qui va vous changer la vie. Ni un moteur à injection qui… j’arrête ici, je n’y connais rien en moteurs.

Allez, un indice, vous connaissez le client potentiel de ce produit. Si si et très bien même puisque c’est vous !

Le « produit » qu’ils vendent c’est cette formation qu’il vous balance dès que possible. Il n’y a aucun autre produit, aucune boutique, aucun service concret si ce n’est cette formation.

Il vous en distille quelques morceaux choisis afin de vous appâter, vous motiver, vous faire croire que grâce à cette méthode fabuleuse, ils ont fait fortune, mais il n’a que ça à vendre ! Avez-vous vu autre chose que des sites de formation en marketing, en rapport avec le développement de l’entreprise ou d’un blog pour gagner de l’argent ?

Cette technique est vieille comme le monde. Cela existait déjà dans les années 2000. C’est l’année ou je suis tombée dedans. Internet était encore pour moi, un bon gros bébé joufflu que pullulaient déjà les « Ma méthode pour gagner de l’argent sur le net, achetez mon livre ».

Et vous savez quelle était cette méthode ? Acheter le livre, promouvoir ce même livre et le revendre à son tour. Il n’y avait aucun conseil de vente ou d’idée de produit ou de service dedans, pas même des tuyaux sur l’affiliation ou les réseaux publicitaires. Juste vendre ce foutu livre.

Moi, j’appelle ça se faire pigeonner.

En soi, ce n’est pas bête, mais au fond c’est très malhonnête, car sincèrement en achetant ce genre de bouquin, vous vous attendiez à autre chose. C’est là que ça coince, on vous a menti. Ils ne savent pas comment vendre votre produit, ils savent juste comment vous remplir le crâne pour vendre le leur.

Et si j’achète cette formation ?

D’après certains témoignages de personnes ayant acheté lesdites formations (moi, impossible, trop cher, et je n’y crois pas en plus), voici ce qu’ils en ont tiré (de manière générale) :

  • Pas de réel suivi ou d’aide personnalisée comme promis. Ou alors des réponses copier/coller à côté de la plaque. Un peu comme les SAV par téléphone après 19 h.
  • Des formations recopiées de formations américaines et traduites. Je vais copier mon cours d’Organisation en entreprise et la vendre, tant qu’on y est.
  • Que de la théorie, aucune mise en pratique ou en situation concrète, le flou total lorsqu’on en sort.
  • C’est très cher pour ce que c’est. Certaines formations sont étendues sur de longues minutes de blabla vidéo pour au final n’en tirer que peu de choses (et encore, des choses que l’on aurait pu connaitre ailleurs gratuitement tant c’était basique).
  • Aucune garantie, le satisfait ou remboursé est impossible à prendre en compte puisque le programme de formation est conçu pour que la garantie saute avant d’enfin comprendre que cela ne mène à rien.
  • Les formations sont incomplètes ou alors il faut acheter les suivantes encore et encore.

En gros, s’il n’y a pas un produit concret qui prouve que ce coach a bien réussi avec autre chose que sa méthode, s’il y a systématiquement une formation de proposée après quelques conseils (et à des conditions comme je vous l’ai dit plus haut), il y a de fortes de chance pour qu’il se moque de vous tout en vous tendant la main pour que vous passiez la monnaie.

Le plus drôle (façon de parler), c’est de voir en parallèle le nombre de personnes dénonçant ces agissements tout en vous proposant leur propre formation aux mêmes conditions ensuite. C’est fou.

On en est là. Tout faire pour gagner de l’argent. Mettre de côté le côté honnête, tant qu’il y a du pognon qui rentre. Jusqu’aux démarcheurs en porte-à-porte ou au téléphone qui, lorsque vous ne tombez pas dans leur jeu ne vous disent même pas aurevoir et vous raccroche au nez afin de passer au plus vite au prochain pigeon. Oui, même au porte-à-porte, c’est nouveau, expérimenté la semaine dernière. Ils n’ont plus honte de rien et vous, moi, nous ne sommes que des chiffres, idéalement comptabilisés sur leur relevé de compte.

Même les « auteurs » s’y mettent

Et ça, ça me gonfle.

Parce que déjà en terme de promotion, c’est a celui qui aura le plus gros chiffre sur sa page Facebook, laissant dans le doute et démoralisés ceux qui n’ont pas trop envie de prendre les gens pour des numéros. Mais si en plus ils arnaquent les collègues…

Heureusement comparativement il y a beaucoup, beaucoup, mais beaucoup (j’insiste) plus de réels conseils gratuits sans filouterie derrière que d’arnaques. Mais, j’en ai au moins croisé une. Et de taille. Je vais la surnommer Becky pour l’exemple.

Becky a un blog où elle distille ses conseils. Je suis tombée dessus à mes débuts. Elle faisait également pas mal de vidéos sur YouTube avec un joli décor de coin de salon derrière elle. Image et son impeccable, diction pas mal. Tout va bien.

Sauf lesdits conseils.

Judicieux si vraiment on se lance sans avoir réfléchi à la manière d’écrire son livre (et accessoirement si l’on n’en a lu aucun pour s’y référer). Bref, des bases, mais vraiment la base.

Normal, elle vendait sa formation derrière ! Ah ben voyons. À une moyenne de 75 € le cours ! Attendez, le jour où j’ai songé à faire un guide d’écriture pour Wattpad, j’avais au bas mot noté une trentaine de sujets à aborder (et encore). Cela fait… oui j’ai fait math sup’… 2.250 euros pour sa formation (estimation faite si elle a autant de thèmes à aborder).

LA VACHE !

Je vois bien d’ici la jeune fille, auteure en herbe souhaitant réaliser son rêve… allant demander 2000 balles à ses parents pour une formation.

Si les vôtres ont dit oui, demandez-leur s’ils ne veulent pas m’adopter. Au fait, j’ai un mari et deux chats aussi (on prend tout le lot).

Heureusement, aujourd’hui elle a revu ses tarifs à la baisse. Est-ce parce qu’elle s’est rendu compte qu’elle faisait payer bien trop cher des formations que l’on trouvait partout ailleurs ?

Alors je l’admets, elle fait ça bien. Ses vidéos sont régulières et motivantes, mais elle n’apprend rien d’autre que d’être encore plus motivé à acheter sa formation. Carrément comme les zozos du webmarketing en fait. C’est à ce niveau qu’elle faisait les choses bien, elle avait appris les leçons et les mettaient en pratique.

Mais qui prouvait que ses cours valaient ce qu’elle avançait ?

Le premier qui me sort qu’il faut savoir faire confiance aux gens, je lui balance ma pantoufle. Plus en 2018 quand il est question de sous.

Surtout qu’il existe plein de livres, méthodes, conseils sur le web (gratuits et offerts en toute réelle amitié ceux-là), qu’est-ce qu’elle va nous apprendre de si exceptionnel ?

Surtout que la demoiselle a cherché tous les moyens pour vendre. L’éternel « chopper l’email » par exemple. Ca tous les marketeurs vous le diront : faites tout, donnez votre sang s’il le faut et récupérez les emails (déjà, ça se vend et en plus vous bombardez de rappels à l’ordre). Au début, discret dans la barre latérale de son blog. Ensuite en pop-up envahissante lorsque l’on consultait sa page et enfin la pop-up qui t’empêche de lire si tu t‘abonnes pas ! Et elle est demeurée longtemps celle-là.

Aujourd’hui, on peut enfin consulter son blog, mais ce manège a duré longtemps. Tout ça pour ? Acheter une formation.

Et au final, je me suis posé la question toute bête de savoir si ce qu’elle avance est si utile.

Bien que j’aie vu des commentaires disant que non, il n’est pas obligatoire d’avoir été édité pour prodiguer des conseils, je leur répondrai que je lancerai donc ma formation en électromécanique la semaine prochaine 🙂

Ou alors ces conseils sont des copier/coller sans mise en pratique ? Faut m’expliquer.

Et… elle allait seulement éditer son premier livre… prochainement (enfin lorsque je m’y suis intéressée, c’était le cas). Aujourd’hui, deux ans plus tard, le livre est sorti et a 18 commentaires Amazon, un seul sur la Fnac. En deux ans. Je suis en droit de me poser de sévères questions sur ses méthodes. Les commentaires sont soit élogieux, soit très déçus. Et vous savez ce qu’on dit lorsqu’il y a autant de marge…

Un exemple d’avis trouvé sur le web :

(Becky) c’est plus de vingt-et un an d’écriture, 220 vidéos sur l’écriture en un an, une politique de communication agressive, que je qualifierai presque de spam, et un marketing douteux (…)

Le mot de la fin rempli d’espoir

Il est désormais difficile de croire encore que l’honnêteté paie, en partie parce qu’on à cette (fausse) impression que ceux qui parviennent au sommet l’ont balancée à grands coups de pied du haut d’une falaise. On se sent démoralisé, bon en rien, car on ne parvient pas à ces spectaculaires résultats.

Mais lorsque l’on gratouille un peu, est-ce que ces winners ont réellement gagné autant qu’ils vous l’affirment ?

Qu’est-ce qui vous le prouve ? La déco derrière ? Et le reste de l’appart de luxe vous l’avez vu ? La piscine au bord de laquelle il vous parle ? Une villa peut se louer une journée à 50 € le temps de faire sa vidéo avec une vue sympa. La montre a son poignet ? Il y a un gars qui vend les mêmes devant le métro en bas.

Quelles sont les preuves qu’ils ont réussi mieux que vous ne pourrez le faire, et honnêtement en plus ?

Que dalle.

Certes, vu les prix, il suffit de deux ventes par mois (minimum 1000 €) pour vivre confortablement au Pakistan. Mais est-ce ce que vous vouliez ? Quitter votre famille, vos proches, rompre votre bail, laissez votre chat à la voisine… hey n’oubliez pas qu’eux ne vendent que cette méthode, rien d‘autre hein. Pas de livres, pas d’artisanat, pas de services d’infographie. Ils ne savent pas comment attirer de réel client, quel que soit le produit, votre produit. Votre livre.

Ils vendent juste un pur copier/coller, du rêve et beaucoup de blabla.