Passion dans l’espace, chapitre 7

Il se recula de quelques pas et je me mis à trembler. Il voulait abuser de mon corps. Ou plutôt, il allait m’ordonner de me laisser faire. Plus grand que moi, plus fort également, je n’avais aucune chance de lui résister.

Je commençai par mes bottines et il en fit tout autant. M’attaquai à la ceinture, il fit de même. J’ôtai ensuite ma tunique alors qu’il se délestait de sa chemise, me fixant. Son regard me brûlait. Je me dissimulai et le jaugeai à mon tour. Sans être trop épais, il était parfaitement musclé. Un tapis velu tapissait le haut de son torse et descendait en fine ligne droite jusque sous le nombril. J’évitai de m’attarder à cet endroit, c’était là que dormait encore ce qui volerait ma vertu.

Je revins vers son visage, il avait perdu cet air haineux de tout à l’heure. Décidément, il était tout autant séduisant que dangereux et vicieux. Il s’approcha et je l’esquivai de nouveau. Contrairement à ce que j’avais cru, il ne fit aucun mouvement vers moi, il ôta juste son pantalon, m’offrant une vue directe sur son anatomie de dos et s’allongea. Manifestement, il m’attendait.

Voulait-il reprendre ce qu’il avait stoppé en position allongée ? Je me délestai de ce qui restait et, me couvrant les seins, laissant ma toison sombre seule masquer mon sexe, je m’approchai.

— Viens.

Je mis un genou dans le lit, j’eus de quoi faire l’équivalent de trois pas avant de le rejoindre au centre. À tout moment je m’attendais à ce qu’il me saisisse et me plaque violemment sur le dos, me prenne sans ménagement, mais il ne bougea pas. Je me tins à genoux à côté de lui, attendant ses ordres.

— As-tu déjà embrassé un homme ?

— Non.

— Une femme ? haussa-t-il un sourcil.

— Non plus.

— Toute autre forme de vie intelligente ? plaisanta-t-il ensuite, souriant à pleines dents.

Il était déroutant, il s’amusait encore de moi.

— Et bien tu vas apprendre. Rien ne vaut la pratique. Embrasse-moi.

Articles similaires

Ne soyez pas timide, laissez un commentaire :)