Chronique du blog « Bite me if you can » pour La fiancée de Gravesend

Une nouvelle chronique pour La fiancée de Gravesend, très gentiment rédigée par (Jenny) Miss Borgia du blog Bite me … if you can que je remercie beaucoup beaucoup.

Vous pouvez en prendre connaissance ici ou sur son blog :

Ah, les mariages arrangés, si je tenais le con qui a inventé ça !! Je passe en première position pour lui dire ma façon de penser !! Katherine, l’une des personnages de cette histoire, en fait les frais à cause de son père au bord de la faillite !! (En même temps Gros, tu l’as bien cherché quelque part !! Bah oui, Môssieur est directeur d’une mine ; faut pas s’attendre à devenir Trump non plus !!)

Donc, ce cher papa a tout arrangé . Et par les temps qui court en ce temps là , époque Victorienne et tout le cérémonial pompeux des bonnes familles, il ne fallait pas jouer  « aux cons ». pourtant, Katherine ne veut pas de ce truc, elle veut un mari qui saura la respectée et non pas un prêteur sur gages. Féministe avant l’heure ? Ouais, mais un chouilla  pot de glue, parce qu’elle s’évertue à draguer un ex lieutenant de l’armée anglaise revenu des Etats unis, de la guerre d’indépendance avec son ami. Celui –ci n’aspire qu’à une chose, devenir fermier et ne plus penser à la guerre ;  pas au mariage !! Autant dire que la petite dame va ramé !!

Ambiance « prout prout » au départ, mais tout le long, nous apprenons à connaitre les personnages et par conséquences, on s’y attache. Mention spéciale à Charleston, qui réapprend à vivre  après son passé d’esclave.

Merci Gaelle, lu d’une traite !! Nuit blanche mais j’ai été totalement embarquée dans cette aventure, qui je dois dire ma totalement remise dans le bain des romances historique, tu es la seconde auteure qui m’a fait renouée avec ce genre et je ne suis pas déçue !! Merci pour cette super nuit blanche !!

Si vous aussi, vous êtes tenté par une nuite blanche dans les campagnes du Kent du 18ème siècle, découvrez La fiancée de Gravesend.

Disponible sur Amazon en version numérique, broché et « poche ».

Chronique de l’âme des mots pour Docteur Gray

Une nouvelle chronique du Docteur Gray, par le blog L’âme des mots cette fois. Un grand merci à Maria Magdalena 🙂

Le roman « Docteur Gray » nous plonge au cœur de l’histoire d’Alexander Gray, un urgentiste du Valentine’s Hospital. Ce médecin au fort caractère & mystérieux est toujours absent pendant les pleines lunes. Pourquoi? Mais surtout que fait-il à chaque fois pendant cette période? C’est à ce moment que plein de légendes urbaines nous viennent à l’esprit. 
Le mystère se dévoilera quand des événements horribles se produiront & menaceront Alexander et sa communauté. Des vampires apparaissent et font de plus en plus de victimes sur leur chemin, aussi bien humains qu’êtres mystérieux surnaturels. 
La guerre éclate entre les vampires et les changelins dont notre bon docteur fait parti. Une guerre violente & sanglante mais nécessaire pour protéger les leurs. Notre lion Gray, oui parce qu’Alexander est un métamorphe lion, se battera aux côtés des siens: tigre, ours et autres changelins. Ils devront lutter et se battre comme jamais contre le maître des vampires, Lugosi. Un vampire psychopathe & violent qui détient une puissance jamais vu. 
Leur mission? Abattre Lugosi pour protéger les leurs mais aussi pour délivrer Manon, une lionne, que le maître a kidnappé il y a des années de cela et qu’il garde bien près de lui en laisse. 

Tout d’abord, je remercie l’auteure, Gaëlle Laurier, pour ce service presse. Merci de m’avoir donnée l’occasion de découvrir le docteur Gray et son monde et de le chroniquer. Et aussi, merci d’avoir attendu si longtemps pour ma chronique. Je m’excuse encore pour le délais.
J’ai beaucoup aimé l’univers de « Docteur Gray ». On est loin de l’éternel « les métamorphes ont besoin d’être en collectivité pour s’épanouir ». En tout cas, au début. Alexander aime la solitude et sa tranquillité jusqu’à ce qu’il se voit dans l’obligation de vivre en communauté. Communauté qui devient vite comme sa famille et qu’il protégera du mieux qu’il peut avec l’aide des autres changelins du groupe. 
Soyons clairs: « Docteur Gray » ne donne pas dans la guimauve et les Bisounours et j’ai envie de dire que c’est tant mieux! 

L’histoire m’a emportée. J’ai passé un agréable moment en lisant « Docteur Gray ». 
Une histoire où la romance n’est pas omniprésente, ce qui change et fait du bien! 

Je conseille ce livre…. Aux personnes aimant le fantastique, les histoires de changelins et qui cherchent autre chose qu’une belle histoire d’amour. 

Note finale :

4/5

Chronique pour Docteur Gray par Les mille et une pages de LM

Retrouvez ici ou ci-dessous la deuxième chronique à l’attention de Docteur Gray pour le blog Les mille et une pages de LM. Un grand merci à elles.

Un roman qui nous absorbe dès le début avec son originalité. Une écriture parfois simple mais souvent enlevante et déroutante, je dirais même plus captivante ….
Alexander Gray, urgentologue toujours absent pendant les pleines lunes. Pourquoi et surtout que fait-il ? Qui est-il vraiment ?
On le découvre assez rapidement, car des événements viendront chambouler sa vie, celles de ses amis et de toute la ville.
Une guerre sanglante s’enclenche entre les vampires et les Changelins (dont fait parti Dr Gray) et oui, il se change en animal, plus précisément en lion pour lui. Il se battra au côté d’un ours, d’un tigre et plusieurs autres tous plus différents.
Mais de l’autre côté il y a le chef des vampires, un homme redoutable et très violent.
Dr Gray et ses acolytes devront le détruire ainsi que ses hommes (vite dit) et récupérer une fille qu’il retient en laisse, coller contre lui. Manon la lionne.
Rien ne sera facile, plusieurs têtes tomberont.
Réussira-t-il à la sauver ?
À vous de le découvrir…