Aller au contenu

Made up life

Made up life

Alexander Gray est anglais et médecin urgentiste dans un grand hôpital londonien. Ses parents, tout deux exerçant dans des domaines médicaux y ayant été pour beaucoup dans ce choix bien qu’il n’y fut pas forcé mais plutôt inspiré.

D’origine européenne (grecque pour être précis) du côté de sa mère, il est âgé aujourd’hui de 27 ans. Il a pourtant le malheur de sembler plus jeune que son âge, ce qui lui valut des moments assez cocasses lorsque certains patients en viennent à réclamer qu’un “vrai” médecin plutôt qu’un interne ne s’occupe d’eux. De ce fait, il porte souvent la barbe, qu’elle soit naissante ou plus étoffée, histoire de garder un peu de crédibilité. 

Très pro et perfectionniste, il est depuis longtemps considéré par le milieu médical comme le gars à ne jamais contrarier, le doc’ avec qui on ne plaisante pas et  pour qui il faille marcher droit sinon gare aux remarques désastreuses. La bête noire des internes et des stagiaires de tout poil. Mais cela n’a jamais eu l’air de le déranger.

Célibataire, on ne lui connaît pas de relation, du moins aucune qui ait duré. Inutile de demander pourquoi vu la vie qu’il mène et fait mener. A la fois très concentré et difficile à cerner. Il a pourtant ses pêchés mignons comme tout le monde dont l’un assez étonnant est qu’il raffole des tartines. Pain perdu, croque-monsieur, toast, sandwich à tout ce que vous imaginez. L’on ne sait pas vraiment d’où ça lui vient mais c’est comme ça.

Enfant, il passait chaque été en Grèce, ses plus merveilleux souvenirs. Il est d’ailleurs bilingue et bien au courant de cette culture. Sa grand-mère étant telle une seconde maman pour lui, elle est décédée alors qu’il entrait en fac et ne pouvait plus lui accorder de temps, il s’en voulut d’ailleurs beaucoup. Elle avait la particularité d’être très douce et de refuser qu’il se coupe les cheveux, le préférant avec ses mèches folles un peu longues. C’est sans doute pour cela qu’il les porte toujours ainsi plutôt que courts et disciplinés.

Il effectua ensuite ses études sans encombres, d’abord dans des branches scientifiques pour terminer en fac de médecine. Il ne connu pas de problèmes majeurs mais hésita cependant entre la médecine humaine ou animale tout un temps. 

Contacté sans trop en connaître la raison, il aurait pu aisément refuser de participer à l’expérience mais il faut croire qu’au fond, sous cette tonne de glace, se cachait quelques incertitudes et le besoin d’y remédier.

N'ayez pas peur, laissez un (gentil) commentaire :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :